Rencontre avec le parapentiste
Eliot Nochez

La team Sportihome est allé à la rencontre d’ Eliot Nochez, triple champion de France de vol acrobatique et vainqueur de la Coupe du monde 2015. Fraîchement arrivé des Alpes, Eliot nous a accordé quelques minutes entre deux sessions de kitesurf pour nous en dire un peu plus sur son parcours et ses projets à venir.

Fiche technique – Eliot Nochez

Interview – Eliot Nochez

Sportihome Mag : Salut Eliot ! Qu’as-tu fait ces derniers mois et où est-ce que tu profites de la vie en ce moment ?

Où est-ce que je profite de la vie ? Là où il fait beau, où il y a du soleil, du vent ou des beaux cailloux pour sauter en base jump et des belles montagnes pour voler. L’hiver je suis à Valmorel, donc là on vient de finir la saison d’hiver, on a eu des conditions de neige monstrueuses du coup on essaye de profiter jusqu’au dernier moment. On se sert vachement des parapentes pour aller en montagne puis redescendre en ski ou en speed riding. J’ai passé pas mal de temps les pieds dans la neige, et là la saison de base jump a repris, et puis je suis venu faire un peu de kitesurf dans le sud de la France !

Sportihome Mag : Qu’est-ce qu’il te plait dans le parapente et quelles sensations ressens-tu quand tu es dans les airs ?

Je pense que c’est vraiment cette sensation de liberté, cette impression de voler et d’embêter personne, on n’a besoin de rien à part notre bout de tissu, on n’embête pas mère nature, on embête pas les gens, on est tranquille dans notre coin. Si on vole en ligne droite c’est un sport pour mamie, alors que si on appuie un peu sur les manettes ça peut vraiment envoyer du lourd et on peut s’en mettre plein la tête, c’est vraiment le truc qui m’attire énormément dans ce sport.

On a la sensation d’être un oiseau, de voler de nos propres ailes, dans les ascendances on se sent vraiment monter et on a l’impression de faire corps avec la nature. Et en accro c’est beaucoup de force centrifuge, de prise de vitesse, c’est dur à décrire et c’est pas une sensation qu’on retrouve forcément dans d’autres sports.

Eliot Nochez Parapente Annecy

Sportihome Mag : Quel est ton spot préféré et le site où tu rêverais de voler ?

Pour voler en parapente, je dirais Verel, c’est juste au-dessus de Chambéry, c’est le spot où j’ai tout appris, quand j’étais dans les années de compétitions je m’entrainais beaucoup là-bas. Après j’aime beaucoup Chamonix, Valmorel, et sinon partout où les montagnes sont jolies et les conditions sont bonnes. Les Alpes en général sont juste parfaites quoi !

Et le site de rêve… Ce serait le site parfait pour combiner le parapente, le kitesurf et le base jump… mais on le cherche. Je ne sais pas s’il existe vraiment mais les Alpes c’est super cool pour ça. On peut passer du kite, au base jump, au parapente, au VTT, au kayak, etc. On fait vraiment tout ce qu’on veut à la maison !

Sportihome Mag : Quelle a été ta figure la plus folle ?

La figure la plus folle je dirai le Corkscrew, c’est une vrille où on est au-dessus de la voile, et la voile tourne, elle fait un tour de vrille sous tes pieds. Mais on a trouvé que c’était pas assez, donc maintenant on se twiste et on se met face à la voile, ce qui donne un Corkscrew Twister.

Sportihome Mag : Tu as bossé en collaboration avec les Flying Frenchies dans un film où vous tendez une highline entre deux parapentes, qu’est-ce qui t’a poussé à faire quelque chose d’aussi extrême ?

Les Flying Frenchies c’est une asso’ avec pleins de riders, dont énormément sont des très bons potes. On avait besoin de gars compétents, bons en parapente, bons en slackline et en base jump. On a été amenés à travailler avec Julien Millot et Freddy des Flying Frenchies. Au final c’est plus une alliance entre potes !

Le projet avec la highline n’est pas totalement réussi, pour l’instant il a fait 3 pas dessus, on a du faire une vingtaine d’essais pour shooter ça. On cherche actuellement des finances pour pouvoir vraiment s’entrainer sur ce projet et le réussir. Mais ça demande des conditions vraiment particulières en parapente, il faut que les timing soient parfaits, c’est très dur à réaliser.

« Le conseil que je pourrais donner c’est de ne pas griller les étapes, prendre son temps puis bien s’amuser surtout »

Sportihome Mag : Quand tu ne voles pas, quelles sont tes occupations ? Comment est-ce que tu les associes avec le parapente ?

Je fais du base jump, du kitesurf et du foil, du speedriding, du ski, et tout ce qui est sport de montagne. Ah et la bringue aussi (rires).

Sinon j’ai commencé les coupes du monde en 2010, à fond dans la compet’. Je volais environ 500 heures par an pour devenir vraiment bon, et là depuis 3-4 ans j’ai découvert d’autres disciplines et je me suis rendu compte que le parapente était compatible avec beaucoup d’autres sports, et que personne l’avait encore fait. Donc on a combiné le parapente à la highline, on a fait des sauts pendulaires, des tyroliennes entre les parapentes, et l’année dernière j’ai fais un projet avec Kilian Bron en vélo. J’essaye de combiner tous les sports que je fais. Là j’ai un projet de kitesurf et de parapente qui se met en route.

Eliot Nochez BaseJump

Sportihome Mag : Un conseil et un spot pour ceux qui souhaiteraient se lancer dans l’accro ?

Le spot parfait c’est Verel au-dessus de Chambéry, il est très sécu, les conditions sont super puissantes, ce qui permet de bien s’entraîner. Sinon il y a Organya en Espagne, la montagne magique où il y a de très grosses conditions, mais c’est un peu moins sécu.

Et comme dans tous les sports « extrêmes », le conseil que je pourrais donner c’est de ne pas griller les étapes, prendre son temps puis bien s’amuser surtout, écouter les conseils et partager avec les gens qui ont de l’expérience.

Sportihome Mag : Quelle est ton plus beau voyage pour ta passion ?

La Brésil, mais c’était pour le kitesurf ! Je venais de découvrir le kite et c’était ma plus belle passion à l’époque (rires). Sinon l’année dernière on avait une grosse compet’ à la Réunion, c’était un peu Disneyland Paris ! Dubaï aussi on a adoré, on était en VIP on a pu faire tous les sports du monde. Mais je préfère quand même être dans les montagnes : je monte en parapente, je redescends en ski. C’est pas loin de la maison mais ça reste les plus beaux voyages.

Eliot Nochez Parapente

Eliot Nochez et les Flying Frenchies

Sportihome Mag : Que penses-tu de l’idée de Sportihome, qui est de rapprocher les gens au travers des passions sportives ?

Bah le concept m’a intéressé, on m’en a parlé il y a deux jours et puis je suis déjà là en train de parler avec vous, donc c’est plutôt un beau concept ! J’espère qu’il va prendre et je pense qu’il ne peut que prendre. C’est juste parfait parce que pour tous les riders qui aiment aller se trimbaler de partout sur la planète, bah on a tous besoin de dormir à un moment donné. Dormir dans les voitures à l’arrache c’est bien mais si on peut trouver un peu plus de confort et quelque chose de plus pratique c’est vraiment cool. Et rendre le sport plus convivial, rapprocher les riders entre eux et que tout le monde échange ça c’est vraiment top !

Sportihome Mag : Quel sont tes projets futurs ?

J’ai une liste énorme… J’ai au moins 3 pages sur mon ordinateur de projets vidéo qu’il faudrait que je réalise. Cet été on s’allie avec Quentin Mosimann, un DJ mondialement connu. Du coup l’idée ce serait de le faire voler, qu’il mixe en l’air avec 50 enceintes qui volent avec nous, on ramène le son sur une soirée etc. Après j’ai plein d’autres projets en tête, l’idée c’est d’allier le parapente avec mes autres disciplines, mais je vous laisse un peu de suspens… 😉

Merci beaucoup de nous avoir accordé un peu de ton temps, et à bientôt sur Sportihome.com !

Suivez toute l’actualité d’ Eliot Nochez sur Facebook 

Facebook Eliot Nochez

 

 

 


Vous avez aimé l’interview d’ Eliot Nochez ?  Découvrez d’autres articles :

Facebook Comments