– Rencontre avec Titouan Galea – vice-champion de France de kitefoil –

Fiche technique : Titouan Galea

« Moi c’est Titouan Galea. Je pratique pas mal de sports nautiques, notamment le wingfoil, et aussi le kitefoil, kitesurf, surf foil, surf, stand up paddle… Et j’aime bien voler en parapente. »

Débarquement sur terre : Je suis né le 7 mai 1997, en Nouvelle-Calédonie.

1ère année de pratique : Le kite, j’ai appris à l’Île Maurice avec mon père, j’avais 13 ans. Et le wingfoil, ça fait environ 6 mois que ça existe et donc 6 mois que j’ai commencé à en faire du coup 😊.

Première compétition : J’ai débuté les compétitions de voile en optimiste. Ensuite, j’ai fais mes premières compétitions de kitesurf en national, en 2015. Notamment en kitefoil, où j’ai participé à plusieurs compétitions.

Palmarès le plus récent : En kitefoil, j’ai fais le 5ème mondial en 2018, avec un bon résultat : 3ème en junior. Je suis vice champion de France aussi en kitefoil. Et pour ce qui est du wingfoil, il n’y a pas grand chose pour le moment, mais un jour ça viendra, je l’espère. À ce jour, on ne sait pas du tout quels vont être les formats, ni les niveaux, donc on verra quand ça viendra. J’espère faire de belles choses en tout cas !

Ton prochain défi : J’aimerai beaucoup traverser la Méditerranée jusqu’en Corse en stand up paddle foil, peut-être au printemps prochain.

Ton point fort : C’est sûrement que je touche un peu à tout dans le monde de la glisse, surtout autour du foil. Je pratique quand même pas mal de disciplines et ça me plaît avant tout. Ça peut être un avantage dans certaines situations.

Ta discipline préférée : Honnêtement c’est un peu tout, ça va dépendre des conditions. Toutes les disciplines dans les vagues sont celles que je préfère. Que ce soit du surf foil, du kitefoil ou kitesurf, et quand on ajoute la vague à ça me donne vraiment beaucoup d’adrénaline.

Ton point faible : Je dois être un peu feignant de temps en temps 😊…

Ton meilleur trip : Cette année, j’ai passé un peu plus d’un mois et demi à Maui, à Hawaii. Ce voyage m’a permis de rencontrer pas mal de gens intéressants comme Kai Lenny, de découvrir un tas de choses, et surtout de progresser dans ces disciplines sportives. C’était vraiment un super trip, dans un super milieu. J’y ai pratiqué du wingfoil, du surf foil, du SUP foil et du parapente aussi.

Le trip de tes rêves : Si je pouvais refaire ce trip à Hawaii ça serait super ! Et peut-être aller en Indonésie, dans la période de fin d’année pour surfer avec ma famille, ça serait très sympa.

Sponsors : F-ONE et Manera.

Interview Titouan

© F-ONE International

Interview de Titouan Galea

Sportihome Mag: « Bonjour Titouan ! Que fais-tu en ce moment et sur quel spot de la planète bleue es-tu en train de profiter de la vie ? »

En ce moment je suis à Montpellier et je pratique le wing dans toute la baie du golf, de Villeneuve-lès-Maguelone, à Port-Camargue en passant par la Grande-Motte.

Sportihome Mag: « On sait que tu pratiques le kite et la wingfoil. Peux-tu nous dire quels souvenirs t’ont le plus marqué dans ces pratiques? »

Récemment je suis allé faire un trip avec F-ONE à l’Île Maurice et on avait de très bonnes conditions et de bonnes vagues. Notamment une vague qui s’appelle Manawa au niveau du Morne, elle est assez connue en windsurf. On a pu rider cette vague-là, c’était vraiment sympa ! Une très belle vague !

Sportihome Mag: « La Wing c’est la tendance ! En effet depuis quelques temps on voit débarquer des petites ailes tenues à bout de bras sur les Spots. Les Wing Foil !  C’est l’ancêtre du kitesurf c’est ça ? Parle nous en plus, qu’est-ce qui t’a motivé à commencer la wingfoil ? »

C’est vrai que c’est assez visuel et que les gens y prêtent attention lorsqu’ils en voient sur la plage. Je trouve personnellement qu’on a vraiment les avantages du kitesurf et du windsurf réunis. Récemment il y a le foil qui s’est ajouté à tout ça, donc ça a permis de remonter la vitesse et de les rendre plus accessibles, avec des grandes planches, plus adaptées.

Sportihome Mag:  « Donc plus besoin de ramer pour remonter au pic ? Surfer des vagues inaccessibles avant, ça ouvre la possibilité à de nouveaux spots, non ? »

Complètement, la semaine dernière j’étais à la Ciotat et il y avait un vent super irrégulier. Avec la wing on peut facilement accéder de partout, se jeter à l’eau et même si le vent est irrégulier ça ne pose pas de souci. Avec le foil on peut naviguer avec beaucoup de vent. À la Ciotat par exemple, il y avait des rafales à 40 nœuds, on a ridé sans aucun problème, des vagues que personnes ne pouvaient surfer.

Sportihome Mag: « C’est donc un sport de fainéant 😉 ou bien il faut une bonne condition physique ? »

Peut-être que pour ceux qui débutent, ils trouvent ça un peu physique au début. Mais je peux vous assurer qu’une fois qu’on a compris un peu, c’est aussi physique peu que le kite, voire moins même.

Sportihome Mag: « Quels conseils peux-tu donner à ceux qui souhaitent se lancer à la wing ? »

Il faut forcément apprendre au début avec une grande planche, entre 6 et 7 pieds et il faut surtout être motivé, parce que c’est sûr que les premières sessions ne sont pas toujours évidentes. Mais je suis certain que c’est plus simple que d’apprendre le kitesurf. Et en moins de 2 jours, il est possible de tirer des bords sans problème.

Sportihome Mag: « Le niveau est en train de monter très fort avec les Hawaïens, récemment on a vu Kai Lenny passer des Railey, des transitions aérial, des back loop aussi.  Quelles sont les figures les plus impressionnantes selon toi Titouan ? »

Oui tout a été cité, on peut faire des aérial, des Railey, pour ce qui est des back loops il y en a quelques-uns qui ont tenté, mais il n’y a jamais eu de grandes réussites, même pour Kai Lenny. Peut-être que ça viendra plus tard.

Sportihome Mag: « D’après toi est-ce qu’un bon rider pourra passer le handlepass en Wing ? »  

Je pense qu’un bon rider en kite freestyle qui est doué en foil peut y arriver sans problème, vraiment.

Sportihome Mag: « Et Nazarré ça se tente ? »

Je suis pas encore un « big wave surfer », mais je vais essayer d’aller surfer par étapes, par des vagues de plus en plus grosses. Le plus important c’est la préparation, surtout en cas de chute, le temps sous l’eau peut être très long. En tout cas, le fait d’arriver avec la wing peut donner accès à des vagues comme celle-là.

Organisation et déplacements – Titouan Galea

Sportihome Mag: « Titouan, comment organises-tu tes déplacements, seul ou en groupe et comment gères-tu le logement ? »

Ça dépend , il y a des déplacements qui ont lieux parfois pour des petites compétitions, donc on est en petits groupes, voire seul. Parfois ce sont des grands déplacements qui sont fait avec la Fédération en kitefoil, ou alors des trips que je fais avec F-ONE. En tout cas lorsque je suis seul, c’est principalement des hôtels, ou encore des contacts qu’on a sur place.

Sportihome Mag: « Chez Sportihome on propose de pouvoir héberger des passionnés entre eux, qu’est-ce que tu en penses de ce concept ? »   

Je trouve ce concept vraiment cool ! Parfois je fais du snowkite, donc je vais par exemple dans la Vallée de Briançon. Ça m’arrive d’avoir du mal à trouver des logements dans les endroits comme ça. Je pense que ça m’aiderait de dormir chez des passionnés, qui pourraient me donner des conseils. Ils doivent certainement mieux connaître la région que moi. Et pareil pour le parapente, je vais voler de temps en temps dans la vallée autour de Grenoble, et je n’ai pas toujours de logements. Même problème dans le Pays basque ou dans les Landes, on dort dans des hôtels. Le concept Sportihome me permettrait de rencontrer du monde et d’avoir de bonnes recommandations sur les spots.

Retrouvez Titouan Galea, vice-champion de France de kitefoil sur Instagram !

Instagram Titouan Galea


Ceci devrait vous intéresser : 

 

© Photo couverture : F-ONE International