Le Sportihome Magazine s’est intéressé à une discipline originale. Si on vous dit sky surf , ça vous parle ? Vous allez peut-être penser à kitesurf, mais ce n’est pas tout à fait ça… Récemment, Sportihome Magazine vous a donné des conseils sur comment se préparer et où surfer de nuit. Cette fois-ci, on part à la découverte d’une nouvelle discipline qui fera des heureux parmi les fanas de glisse : le skysurf ou surf aérien. Oui, vous avez bien compris, il est possible de surfer en altitude ! Vous voulez en savoir plus ? C’est par ici que ça se passe !

Qu’est-ce que le skysurf ?

skysurfing

© Pinterest

Le sky surf ou sky surfing est l’une des nombreuses disciplines de parachutisme. Comment ça marche ? Et bien c’est simple, on attache une planche de surf spécifiquement conçue pour le sky surf à ses pieds et le but est d’effectuer toutes sortes d’acrobaties aériennes. Vous vous en doutez, il ne s’agira pas de la même planche que celle que l’on utilise pour se jeter à l’eau ou sur la neige, en skysurf on utilise une planche plus petite qui ressemble plutôt aux planches de snowboard mais en bien plus rigide. Voyons ce qui rend cette discipline si spéciale.

La montée en puissance progressive du skysurf

Le sky surf est né en France en 1986. Tout a commencé grâce à deux parachutistes français, Dominique Jacquet et Jean-Pascal Oron qui ont étudié la manière dont les planches étaient utilisées pour surfer les vagues, et ont voulu reproduire la même expérience dans l’air pendant la chute libre. Et cela a bien fonctionné ! Progressivement, la discipline du sky surfing a commencé à gagner du terrain à travers le monde. En effet, l’intérêt et la participation à ce sport ont culminé à la fin des années 90, notamment avec son inclusion dans les ESPN X Games de 1995 à 2000. L’Enthousiasme autour du sky surfing du public s’est ainsi développé.

Petit aperçu en images d’une performance de Troy Hartman aux X Games :

Conseils et progression en skysurf

Les débutants utilisent des planches plus petites, et avec l’évolution, ils passent à des planches plus longues, avec plus de surface.

La pratique du sky surf exige un haut niveau de compétences. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un sport à grande vitesse qui comporte tout de même des risques. Il faut déjà avoir un gros niveau en parachutisme pour se lancer ! Vous vous retrouvez dans l’air à une vitesse supérieure à 190 km/h, avec les pieds fixés à un objet relativement grand et rigide. La progression dans l’apprentissage en sky surf ne se fait pas facilement, le sauteur doit acquérir tout un ensemble de compétences en chute libre avant même de se lancer à son premier skysurf. Il doit pouvoir voler dans une variété d’orientations, en position assise, tête pointée vers le sol… Diverses compétences qui demandent temps, entraînement et aptitudes physique. Mais une fois ces compétences parfaitement maîtrisées, le sky surf sera session ride la plus sensationnelle de votre vie !

D’ailleurs, Marc Groleau vous le confirmera dans cet article ! Sportihome Magazine a pu interviewer le vice-champion du monde de sky surf pour témoigner de son expérience dans la discipline.

Interview Marc Groleau vice-champion du monde de skysurf :

champion sky surf

© septiemeciel-parachutisme

Sportihome Mag : Bonjour Marc, d’où t’es venue l’idée de tester le skysurf ?

J’ai commencé le parachutisme au début années 90, à cette époque on était plus libres pour tester de nouvelles pratiques. Beaucoup de nouveautés arrivaient, plus de matériels, ainsi que des nouveaux spots à explorer… Et surtout, il y avait quelques groupes de fous furieux qui défrichaient tout, il y avait un groupe vers Bergerac et un groupe qui s’appelait les lyonnais avec dans leurs rangs des gens comme Patrick de Gayardon. Ils étaient donc plusieurs et dans ce cadre et il leur a pris l’idée de sauter en surf. Et moi j’ai eu envie d’essayer et j’ai bien accroché, parallèlement le circuit de compétition a commencé a être vraiment bien structuré, et ça a été la 1ère discipline de para à être intégrée aux X games en 1995. Gros coup de boost pour la discipline ! Et c’est visuellement attractif, hyper technique et rapide.

Sportihome Mag : Comment t’es-tu spécialisé dans la discipline ?

J’ai trouvé que c’était brutal et sympa ! Il y avait un petit côté aussi atypique, puisque pas pratiqué par tout le monde, et puis en plus j’ai eu la chance de rencontrer De Gayardon, c’est souvent aussi ces rencontres humaines qui jouent un rôle. Et enfin, il s’est trouvé que je n’étais pas mauvais.

Sportihome Mag : Ta première année de pratique, c’était quand ?

J’ai commencé à sauter en 1993 et le 1er saut en surf c’était en 1994. Mon 100ème saut, je l’ai fais en surf !

Souvenirs et compétitions en skysurf

Sportihome Mag : Raconte-nous ta 1ère compétition ?

Ma première compétition en skysurf était en 1996 lors d’un championnat européen. Il y avait plusieurs catégories et donc c’était un peu la découverte puisqu’il fallait mettre en musique ces sauts. Nous sommes jugés sur images vidéo pendant 50 secondes, c’est rapide. Un peu comme pour le patinage artistique ou la gym où c’est à peu près le même timing. On essaye de faire de belles figures et des les enchaîner comme il faut. C’est vrai que le temps sur un saut en compétition est différent que pour un saut en loisir.

Sportihome Mag : Ton ressenti lors de ton premier saut en skysurf ?

La peur. C’est vrai qu’il y a un petit combat avec la planche qui fait qu’au moment fatidique de l’ouverture, il faut qu’on soit bien positionné dessus. Il y a donc ce compte a rebours qui met une petite pression supplémentaire, surtout sur les premiers tours et après on s’y fait.

Sportihome Mag : Quel souvenir t’as le plus marqué en skysurf ?

C’est surtout durant les compétitions, avec le niveau de maîtrise qu’on arrive à offrir. Il y a un moment où on a cette petite histoire à raconter sur 50 secondes et il y a des moments de grâce où tu te dis « j’ai vraiment tout fait et j’avais la totale maîtrise ». Et ça c’est sûrement ce que ressentent beaucoup de sportifs de haut niveau : « j’ai donné 100% ».

Sportihome Mag : Pratiques-tu d’autres sports outdoor ? Lesquels ?

La moto de vitesse, je reste donc dans les critères de ce qui est rapide ! J’habite à coté de la montagne, pas loin d’Hossegor, où il y a de beaux spots à explorer.

Sportihome Mag : As-tu d’autres défis sportifs en tête ?

En ce moment pas tellement. Je profite de mon vécu. Et je suis plus dans l’optique de transmettre aux gens et de coacher un peu, je trouve ça sympa.

Conseils et spots de skysurf

Sportihome Mag : Quels conseils peux-tu donner à ceux qui souhaitent se lancer au skysurf ?

Actuellement c’est moins pratiqué, c’est peut être lié à l’effet de mode et aussi parce que c’est une discipline qui n’est pas facile d’accès : il faut du matos, l’avion etc. Et aujourd’hui, les pratiquants recherchent plus l’aspect loisir que le côté sensationnel du sport. Ils vont avoir tendance à s’orienter vers le plus facile. C’est notamment pour ça qu’il y a peu de transmission entre pratiquants et débutants. Mais le conseil que je peux donner c’est de foncer, j’aurais tendance à dire : l’essayer c’est l’adopter !

Sportihome Mag : Quels spots recommandes-tu pour le skysurf ?

Ça dépend ce qu’on recherche. En effet, c’est sûr qu’il y a des endroits qui font plus plaisir à voir que d’autres. Je pense par exemple à la Guadeloupe. Ou encore, au paraclub au nord de Oahu, à Hawaii. Le côté sympa, c’est de se dire qu’on est dans le paradis du surf là-bas et moi j’y étais pour le surf aérien. Je pense aussi à l’Arizona, ce spot est assez magique, en plein milieu du désert.

Découvrir les logements pour vos prochaines sorties sportives :

 

 

 

 

 

 

 

 

Prêts à tester l’expérience ? Alors à vos planches, volez !

Si vous êtes aussi fan de surf de mer et à la recherche de nouveaux spots à rider alors jetez un coup d’œil à notre Top 10 des spots de surf en Bretagne.

© Photo couverture : Redbull


Ceci devrait vous intéresser: