In français we disons « planche à voile ». J’en vois certaines et certains qui froncent les sourcils ou grimacent en se remémorant de douloureux souvenirs. Oui débuter le windsurf peut être une véritable torture, au moins autant que le surf, si l’on n’a pas les bonnes clés pour ouvrir les portes de la glisse. [Retrouvez nos TOP RAISONS DE SE METTRE AU SURF].

Le windsurf a connu un essor considérable dans les années 70 puis s’est quelque peu éteint 30 ans plus tard. Sûrement dû au fait que l’industrie et les médias avait trop poussé ce sport vers la performance. Depuis une bonne dizaine d’années, les fabricants proposent de nouveau du matériel pour apprendre et redécouvrir ces sensations de glisse tout simplement magiques !
Le windsurf, c’est un état d’esprit, de la convivialité et des sensations très cool.
D’ailleurs, la plupart des marques proposent des stand-up-paddle sur lesquels une voile de windsurf peut être fixée. L’imagination frétille ? C’est une bonne chose !

Avec Sportihome Magazine, vous découvrirez que le windsurf est un sport de finesse et de fitness (activité gainante !) Voici nos 5 meilleurs conseils pour débuter en douceur.

 

Choisir le bon matériel

Progresser Ouverture - débuter en windsurf

© Benoît Roux

L’apprentissage du windsurf est suffisamment exigeant physiquement pour ne pas se rajouter des difficultés supplémentaires à cause d’un matériel inadapté. Les modèles disponibles sur le marché permettent de progresser très rapidement et de prendre du plaisir sans forcer.
Même avec ce matériel, vous pourrez apprendre à naviguer au harnais, caler les pieds dans les footstraps et goûter à vos premiers planings !

            Le flotteur

Quel que soit votre gabarit, homme, femme ou enfant, vous débuterez avec le même type de flotteur.
Le plus important est de se familiariser avec la voile car c’est cet élément qui permet de s’équilibrer, d’avancer, de se diriger et de stabiliser la planche. Un flotteur sous dimensionné est instable et vous dépenserez de l’énergie inutilement pour rester debout avant même d’avoir pris le tire-veille. Le volume doit être supérieur à 200 litres et la largeur d’au moins 80 cm. Quant à la longueur, elle doit être comprise entre 2,60 m et 2, 90 m.

Vue de dessus, le flotteur doit être de forme presque rectangulaire. De profil, une épaisseur constante sur les trois quarts de la longueur signifie que le volume est répartie de façon homogène. Si la samba n’est pas votre danse favorite, vous vous transformerez de toute façon en danseur dès lors que vous poserez le pied pour la première fois sur une planche à voile.

            La voile

Porter ou relever la voile est un exercice contraignant donc elle doit être très légère pour débuter. Les modèles débutants sont généralement vendus avec un mât et un wishbone de petit diamètre. Plus que votre taille ou la force du vent, c’est votre poids qui détermine le choix de la surface.

Que ce soit pour avancer ou relever la voile au tire-veille, c’est l’effet de contre poids qui entre en jeu. Il est très important d’être peu toilé pour un apprentissage confortable. En revanche, si la surface de voile est beaucoup trop petite, vous n’aurez aucune sensation et cela limitera votre progression.

 

Surfaces conseillées/poids

Poids

Débutant
20 à 25 kg

25 à 30 kg

30 à 35 kg

35 à 40 kg

40 à 45 kg

45 à 50 kg

50 à 60 kg

60 et plus

1,5 m2 à 2 m2

2,0 m2 à 2,5 m2

2,5 m2 à 3,0 m2

2,5 m2 à 3,5 m2

3,0 m2 à 3,5 m2

3,5 m2 à 4,0 m2

4,0 m2 à 4,5 m2

4,5 m2 à 5,0 m2

 

Régler la hauteur du wishbone

Bonne hauteur wishbone

© Benoît Roux

La bonne hauteur est au niveau des épaules, voire légèrement en dessous, afin d’avoir les bras à l’horizontal. C’est le réglage standard pour débuter et progresser. Trop bas, il est impossible de jouer avec l’effet de contre poids.

La voile est maintenue juste à la force des bras et ne sert pas à vous équilibrer. Et ça fait mal très rapidement. A l’inverse, si le wishbone est trop haut, les bras sont plus hauts que les épaules et cette position devient vite fatigante.

Réservez votre logement windsurf !

 

The very meilleures conditions

Les conditions extrêmes sont bien sûr à éviter ! Pour débuter le windsurf, vous pouvez vous entraîner à relever la voile et vous déplacez pour acquérir la bonne position avec zéro nœud de vent.

En revanche, il sera impossible de sentir la moindre traction dans la voile et dans ce cas, on se retrouve un peu trop crispé (mal de dos). Un vent de force 2 beaufort avec une surface liquide toute lisse, c’est le paradis.
A éviter absolument : le vent de terre, même très léger qui pousse vers le large et le vent de mer qui vous rabat sur la plage.


Le vent l’emportera…

Débuter le windsurf - les conseils© Nautix

Le vent est votre meilleur allié pour économiser de l’énergie ou tout du moins en perdre le moins possible. Sur la plage, apprenez à jouer avec le vent pour porter la voile.

Une voile de windsurf fonctionne sur le même principe qu’une aile d’avion et, quand elle bien placée, elle vole toute seule.
Si elle semble peser des tonnes c’est que le vent prend dedans et à ce jeu de brute, Eole gagne à chaque fois. Si elle est dans l’axe du vent, elle deviendra légère comme une plume et deux doigts suffisent à la maintenir en l’air.

 

Porter la voile, la bonne technique (20 % de muscle, 80 % de boîte à cerveau)

Placez une main sur le wishbone au plus près du mât et l’autre sur le mât. Soulevez la voile en l’amenant légèrement vers vous et celle-ci sera aspirée vers le haut. Pour vous déplacer, bloquer le bras dont la main tient le wishbone au niveau des hanches et l’autre bras est tendu. Vous devez toujours avoir la sensation que la voile monte.

 

Porter la voile, l’erreur technique (80 % de muscle, 20 % de boîte à cerveau)

L’erreur principale lorsque on débuter en windsurf, complètement instinctive et naturelle ; est de vouloir soulever la voile en tirant sur la main qui tient le wishbone. La conséquence est de relever l’arrière de la voile qui prend alors le vent. Sanction immédiate. L’autre erreur est de placer la main trop loin sur le wishbone. Laissez-la glisser près du mât et vous sentirez la voile plus légère.

Tous nos spots Windsurf

 

Sortir la voile de l’eau

Ce fût le cauchemar de toute une génération de pratiquants : une planche glissante avec un éventuel écrasé d’entrejambe sur le mât dans les règles, voile de type citerne, tire-veille abrasif, pied de mât qui saute… Pour être franc avec vous, cette étape est toujours aussi ingrate et frustrante que dans les années 80 mais à une différence près : cela dure moins longtemps. Ce n’est pas une question de force mais de technique et de placement du matériel.

 

La bonne méthode – Game of trône

Lever la voile au tire veille - bonne méthode© Benoît Roux

Pour que le contre poids soit efficace, les jambes sont fléchies, le dos est droit et le regard se porte loin. Plus vous regardez loin, plus vous avez de l’équilibre. En regardant l’horizon ou tout autre point fixe, votre cerveau fait son travail d’ajustement de l’équilibre. Tout d’abord, le mât doit être perpendiculaire à la planche quelle que soit votre position par rapport au vent. Les pieds sont placés de part et d’autre du pied de mât et vous vous laissez simplement aller en arrière. N’ayez pas peur de la chute, ce n’est que de l’eau. Prenez le reflexe de protéger votre tête au cas où le mât tombe du même côté que vous.

 

La mauvaise méthode – Game of « j’ai mal au dos »

Lever la voile au tire veille - mauvaise méthode© Benoît Roux

Les jambes sont droites et le haut du corps est penché en avant. Dans cette position, il est impossible de faire contre poids pour soulever la voile hors de l’eau donc ce sont les bras qui travaillent. En plus d’être inefficace, vous forcez sur les lombaires (bas du dos). Si vous voyez le bas de la voile et les poissons qui vous saluent, c’est le signe que vous regardez en bas. Prenez le temps de bien respirer, de jeter un coup d’œil autour de vous et c’est reparti ! N’oubliez jamais l’importance du regard.

 

En avant Guingamp !

Jusqu’à présent, vous aviez plutôt la sensation de ressembler à un haltérophile azerbaïdjanais et la notion de plaisir vous semblait encore très lointaine. C’est à partir de maintenant que vous allez définitivement devenir un windsurfer dans le corps et dans l’esprit… en contrepartie d’une sollicitation supplémentaire de vos muscles. Le secret est de toujours avoir les épaules parallèles à la voile et d’être placé derrière le mât.

En quelques étapes :

1/ Une fois la voile hors de l’eau, placez la main avant sur le wishbone près du mât
2/ Reculez le pied arrière puis le pied avant.
3/ Tournez les épaules et le bassin (le pied avant pivote pour se placer sur l’axe longitudinal de la planche)
4/ Posez simplement la main arrière sur le wishbone (ne cherchez surtout pas à tirer dessus ! Sinon c’est la claque assurée).

Alors, prêts à apprendre le windsurf ?! Sautez le pas !
D’ailleurs, le meilleur conseil que l’on puisse vous donner c’est de vous y mettre, car pour les fans de kitesurf ; sachez que la pratique est peu autorisée sur les plages françaises pendant la saison estivale.

 


Ceci devrait vous intéresser :