Temps de lecture : 4 minutes

Vous avez sûrement déjà aperçu, en vrai ou sur les réseaux sociaux, de drôles de personnes perchées sur une plateforme à quelques mètres de hauteur au-dessus d’un plan d’eau, le tout élevé par deux grands jets d’eau. Comme en lévitation, à mi-chemin entre l’hoverboard de Marty McFly et le jetpack de Sean Connery dans Opération Tonnerre. On appelle ça le flyboard. Cette activité estivale par excellence, fait preuve d’un intérêt grandissant. A la fois rafraîchissante et faisant le plein de sensations fortes, elle devrait encore faire des émules et s’imposer comme un incontournable de l’été. Tour d’horizon de cette discipline naissante et à destination de tous.

À la découverte du flyboard

Qui n’a jamais rêvé de voler ? Comme si vous aviez des chaussures avec des réacteurs vous permettant de vous élever dans les airs, le flyboard vous permet d’expérimenter cette sensation et de se prendre quelques instants pour un des membres des soûls flyers. Une invention qu’on pourrait croire toute droite sortie d’un épisode de stars wars ou semblable à un gadget à la james bond, et pourtant. Le flyboard tire ses racines en France, sur la côte méditerranéenne.

Le flyboard, une initiative française

fly board

D’abord un peu d’histoire afin de comprendre d’où vient le flyboard et qu’outre son aspect divertissant à destination du grand public, il est aussi une avancée technologique majeure. Après quelques esquisses américaines à la fin des années 2010, c’est bien le français Franky Zapata qui présente le fly board sous sa forme dans laquelle nous le connaissons aujourd’hui et qui initie sa démocratisation. Ce pilote de jet ski du sud de la France est aussi un ingénieur autodidacte. Il présente son prototype de jetpack aquatique en 2012 aux championnats du monde de jet ski en Chine. Un an plus tard, l’inventeur du flyboard se fait connaître du grand public en participant à l’émission La France a un incroyable talent dans laquelle il présente son invention. Flyboard est d’ailleurs une marque déposée par le Français qui en a fait une entreprise et commercialise ses engins à travers le monde.

Comment fonctionne le flyboard ?

Le flyboard comment ça marche ? Le principe de son engin dit à sustentation hydropropulsé, se base sur une plateforme sur laquelle les pieds du pilote sont fixés tel un snowboard. La plateforme est reliée à un jet ski par un long tuyau souple. Quand le pilote du jet ski met les gazs, de l’eau à haute pression va traverser le tuyau et sortir sous les pieds de la personne positionnée sur la plateforme. C’est cette pression qui va permettre à l’ensemble de s’élever. Pour ceux ayant quelque peu oublié leurs cours de physique au lycée, le principe du flyboard repose sur la mécanique des forces, l’eau projetée à haut débit sous les pieds va engendrer une force contraire vers le haut qui fait s’envoler l’ensemble. C’est le principe même de la troisième loi de Newton et le phénomène d’action-réaction.

jetpack aquatique

Le flyboard, technique mais ludique

Parmi ceux ayant déjà essayé, le flyboard est réputé assez intuitif. Sa pratique est ouverte à tous. Seul prérequis pour s’y essayer : savoir nager. Il est conseillé de passer par une structure afin de profiter des conseils d’un moniteur diplômé. Vous en trouverez forcément une pas loin de chez vous ou de votre lieu de villégiature, surtout si vous êtes proche d’une station balnéaire. Vous commencerez par un petit briefing autour du fonctionnement de l’engin et de la sécurité et vous serez doté d’un casque et d’un gilet de sauvetage. Votre moniteur vous emmènera ensuite sur le spot histoire de vous éloigner de la foule et d’être assuré d’avoir une profondeur d’eau assez importante en cas de chute. La prise en main et la stabilisation se font en une dizaine de minutes après forcément quelques gamelles, de quoi se rafraîchir.

Afin que la phase d’élévation se passe le mieux possible, il faut garder ses jambes droites et regarder au loin vers l’horizon plutôt que de regarder en bas, le tout en s’aidant des bras pour se stabiliser. Une fois à quelques mètres de hauteur (souvent autour des deux mètres pour commencer) et la stabilisation acquise vous pourrez commencer à essayer de tourner. Il suffit de légèrement fléchir votre jambe afin d’initier une rotation. Pour se déplacer vers l’avant, il est nécessaire d’incliner légèrement les pieds vers le bas et inversement pour se déplacer en arrière. Une fois ces mouvements de base acquis vous pouvez commencer à utiliser le flyboard pour vous déplacer ainsi que commencer à esquisser quelques figures telles que le 360. Les plus téméraires pourront même s’essayer à tenter des loopings avant ou arrière. Certains utilisent le fly board pour se mouvoir sous l’eau en alternant des phases dans les airs et des phases sous-marines en plongeant directement la tête la première sous la surface. De quoi s’essayer le temps d’un instant à la vie de dauphin.

Les prémices d’une nouvelle discipline ?

Il existe désormais les championnats du monde de flyboard dont la dernière édition s’est produite à Cavalaire dans le Var.

Afin de s’essayer à cette nouvelle discipline, comptez entre 80 et 120 euros pour une séance d’initiation d’une vingtaine de minutes. Mais alors, où faire du flyboard, nous direz-vous ? Sachez qu’il existe des bases de flyboard sur l’ensemble de la côte méditerranéenne et atlantique mais également sur plusieurs lacs du centre de la France comme à la base nautique d’Issoire près de Clermont-Ferrand. Il est aussi possible de réaliser cette activité de flyboard à Lyon ou encore en Vendée par exemple.

En 2016, Franky Zapata présente le Flyboard Air. Cette fois si, l’engin et son pilote son propulsé par des réacteurs et n’ont plus besoin d’être raccroché à une motomarine. Le Flyboard Air permet de se mouvoir librement dans l’espace. L’ingénieur marseillais est convié à participer au défilé du 14 juillet en 2019 avec son engin. Il effectue un survol de la place de la Concorde devant la tribune officielle. Quelques jours plus tard, il tente la traversée de la Manche en flyboard. Après une première tentative ratée, il réalise son pari le 4 août au matin en reliant les 35 kilomètres le séparant de la côte anglaise en 22 minutes.

Avec son flyboard air, Franky Zapata fait voler les Hommes et ouvre un nouveau champ des possibles en termes de ride et de sensation. Peut-être une nouvelle discipline en devenir. Affaire à suivre.

Pour réaliser votre activité flyboard, réservez votre logement Sportihome sur la côte méditerranéenne :


Ces articles pourraient vous intéresser :

Hydrospeed, la nage en eau vive
Faire du rafting dans les gorges du verdon
Où faire du canyoning en France ?
À la découverte du swimrun