Temps de lecture : 7 minutes (pour faire le plein de sport et nature 🤙)

Mesuré récemment, du haut de ses 4807m, le Mont Blanc fascine. Il est le toit de l’Europe occidentale (des sommets plus hauts le dépasse dans le Caucase au niveau continental). Avec cette altitude, le Mont Blanc est néanmoins le plus haut sommet de la chaîne des Alpes. Il est situé sur la frontière franco-italienne entre la Haute-Savoie et le Val d’Aoste. En France, on assiste souvent à une sorte de guéguerre pour savoir sur quelle commune il est situé : Chamonix ou St Gervais. Il semblerait que ce soit cette dernière qui remporte la paternité de la localisation du géant blanc.

Location de vacances près du Mont-Blanc

Le Mont Blanc est une véritable icône dans le milieu montagnard. St Graal pour les alpinistes, qui s’engageront dans les pas des chamoniards Michel Paccard et Jacques Balmat. Ces derniers furent, en 1786, les premiers à gravir le sommet. Il faut savoir que le Mont Blanc ne fascine pas que les alpinistes. En effet, si vous n’avez pas les compétences physiques pour entreprendre son ascension, il est toutefois possible de randonner en faisant le tour du Mont Blanc. Le TMB (Tour du Mont Blanc pour les intimes) restera à coup sur un trek inoubliable de part sa longueur, ses caractéristiques et par la beauté des paysages proposés. Le parcours du Tour du Mont-Blanc, c’est 3 pays (France, Italie, Suisse), 10 000 mètres de dénivelé, presque 170 km et entre 4 à 10 jours de randonnée.

Découvrir le Mont Blanc à pied

Le tour du Mont Blanc à pied peut se faire dans deux sens différents. Il est cependant coutume de le faire dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Plusieurs points de départ sont possibles. Le plus souvent, en France, le départ s’effectue depuis Les Houches, avec un retour au même endroit. Il est également possible de partir et d’arriver depuis Chamonix. Celle-ci restera l’étape emblématique de votre périple. Ce qui fait la particularité du GR du Mont Blanc, c’est que tout en évoluant à plus de 4000m, ce n’est pas de la haute montagne.

Il y a 3 passages en altitude, mais ces derniers ne culminent qu’à 2665m pour la Fenêtre d’Arpette (Suisse), 2537m pour le Grand Col Ferret (frontière entre l’Italie et la Suisse) et 2443m pour le Col de la Croix du Bonhomme (en France). Il n’est donc pas nécessaire d’avoir des compétences en alpinisme. Même si certaines précautions doivent être prises en fonction de la période, mais nous y viendrons plus tard.

Quelles étapes choisir pour faire le TMB ?

Selon les étapes que vous allez choisir, le sens de votre périple et la durée de votre projet, les possibilités d’étapes sont multiples. On peut cependant donner quelques exemples:

– Le TMB en 4 jours : A réserver aux marcheurs les plus aguerris car les distances journalières et amplitudes de marche seront relativement importantes. Il faudra marcher en moyenne 10 heures/jour, faire environ 40 km/ jour et plus de 2000m de D+ par jour. C’est donc plutôt sportif. – J1 : Chamonix – Les Contamines. – J2 : Les Contamines – Courmayeur. – J3 : Courmayeur – Champex. – J4 : Champex – Chamonix.

– Le TMB en 7 jours : Ce parcours suit le tracé intégral mais certains trajets seront faits en bus et/ou en train (Champex – La Fouly par ex). C’est la formule « classique » pour faire le TMB. Là, on marchera en moyenne 18km/jour, 6 heures de marche et environ 850 m de D+. – J1 : Chamonix – Les Contamines. – J2 : Les Contamines – Les Mottets. – J3 : Les Mottets – Courmayeur. – J4 : Courmayeur – Refuge Elena. – J5 : Refuge Elena – Champex. – J6 : Champex – Trient. – J7 : Trient – Chamonix. Il vous sera ensuite possible de rajouter des jours en faisant l’intégralité du parcours à pied et en rajoutant des étapes.

A quelle période faire le Tour du Mont Blanc ?

Etapes Tour du Mont Blanc

Les refuges situés sur le parcours sont ouverts de mi-juin à mi-septembre. Cela correspond donc à la meilleure période pour faire le TMB. Cependant, jusqu’à début juillet, la neige peut encore être présente au passage des cols pouvant corser la difficulté du périple. La période du 14 juillet au 15 août est forcément la plus fréquentée avec parfois de grosses difficultés pour trouver des refuges sur le parcours.

Il est conseillé de ne pas démarrer le tour le week-end, les sentiers étant surchargés. En milieu de semaine, c’est très bien. Si une fois passé le 15 août la fréquentation commence à baisser, il faut à tout prix éviter la dernière semaine d’août. La raison ? Cette période correspond au sommet mondial de l’Ultra Trail, à savoir l’UTMB.

Faut-il être accompagné par un guide pour randonner autour du Mont Blanc ?

Le TMB ne présente pas de réelles difficultés techniques sur son parcours. Le sentier est parfaitement balisé et bien entretenu. À partir du moment où vous êtes suffisamment préparé et correctement équipé, il est tout à fait possible d’entreprendre l’itinéraire par ses propres moyens.

Découvrir les logements Sportihome au plus proche du Mont Blanc

Quelle préparation pour le Tour du Mont Blanc ?

Préparation Tour du Mont Blanc

Même si le sentier ne présente pas de difficultés techniques et que les étapes ne sont pas spécialement longues, il convient d’avoir un minimum de préparation en arrivant au départ. Il faut être en forme et bien entraîné. Trop de randonneurs prennent le départ sans avoir l’habitude de marcher ou de faire de l’activité physique. Ceci entrainera forcément un abandon en cours de route. Il faut donc commencer par partir sur des treks plus courts (2-3 jours). Le but ? Habituer le corps et les pieds et se faire au matériel qu’il faudra porter à longueur de journée.

Il peut également être utile de faire une préparation au niveau de vos pieds pour les habituer à de longues journées de marche. Car entre la chaleur, parfois l’humidité et le froid, ces derniers seront soumis à rude épreuve. Il existe des produits spécifiques pour cela, notamment dans la gamme Akiléïne avec Tano et Nok.

Avec quelles chaussures faire le TMB ?

A n’en pas douter, les chaussures sont l’élément le plus important de votre trek. Et il ne faudra pas négliger ce point ! Des chaussures inadaptées ou encore inconfortables feront de votre périple un véritable calvaire. Alors qu’à l’inverse, bien testées au préalable et surtout bien rodées, elles vous feront vivre une expérience inoubliable. Il est en effet important de ne pas prendre part à un tel périple avec des chaussures neuves. Ces dernières devront être faites à vos pieds en amont de votre grande aventure.

L’idéal est d’avoir des chaussures typées trekking (pas alpinisme car beaucoup trop rigides) à tige haute. L’objectif étant de protéger vos chevilles et de pouvoir faire face à d’éventuels passages neigeux. Une semelle suffisamment crantée et une semelle intermédiaire amortissante seront les bienvenues. Une membrane imperméable et respirante de type Gore Tex n’est pas à exclure.

Quel sac à dos utiliser pour le Tour du Mont Blanc ?

Sac à dos Tour du Mont blanc

Si vous envisagez de faire le tour en dormant en refuges, inutile de partir à la manière d’un sherpa avec un sac à dos de 80l ou plus… Un volume de 30-40 litres fera parfaitement l’affaire. Là encore, le confort devra être primordial. Privilégier donc des bretelles ergonomiques et rembourrées, un dos avec une structure respirante, des poches latérales pour pourvoir mettre une ou deux gourdes pour l’eau et une protection pour la pluie. Pour l’eau, vous pouvez également prévoir un système d’hydratation avec une poche à eau et une pipette, très pratique.

Privilégiez aussi la légèreté du sac. Les modèles Exos (pour hommes) et Sja (pour femmes) de chez Osprey, par exemple, correspondent parfaitement à ce genre d’utilisation. Et si vous envisagez de faire le TMB en mode bivouac avec votre nécessaire de couchage et repas, il vaut mieux partir sur des sacs de 55-70 litres. Là encore, la gamme Aether (pour hommes) et Ariel (pour femmes) de chez Osprey seront de bons compagnons de route.

Quel matériel emporter dans votre sac ?

Même si le sentier est bien balisé, un topoguide du Mont Blanc ou des cartes IGN Top25 au 25000ème ne prendront pas de place et pourront être très utiles. Pensez à prendre de quoi charger vos appareils électroniques dans les refuges mais prévoyez également des batteries externes ou de secours car cela ne sera pas forcément tous les jours possible. Une lampe frontale, de la crème solaire, des bâtons télescopiques pourront également faire partie de l’équipement de base pour une randonnée au Mont-Blanc.

En terme d’équipement d’urgence, un sifflet et une couverture de survie devront impérativement faire partie de votre paquetage. Vous pouvez également prévoir une trousse de premiers secours avec du désinfectant, de la gaze, des pansements, des anti-inflammatoires, pommade contre les piqures d’insectes, etc. Pour ceux qui prévoient de dormir en refuge, un drap de soie sera obligatoire.

Quels vêtements à emporter pour faire le TMB ?

Comme pour le reste du matériel, il faudra des vêtements adaptés pour des randonnées sur plusieurs jours. Pour le haut, il faudra adopter la technique des 3 couches : – première couche respirante pour évacuer la transpiration : T-shirt (éviter le coton) – une seconde couche isolante pour vous garder au chaud : veste polaire ou blouson soft shell – une troisième couche, imperméable et coupe vent : veste Gore Tex (2.5 ou 3 couches) Prévoir pour le soir une doudoune ou une seconde veste polaire. Pour le bas, prévoir un pantalon de randonnée multitâches (très pratique) ou éventuellement un pantalon se transformant en short.

Nous avons parlé plus haut des chaussures, mais les chaussettes auront aussi leur importance. Prévoir des chaussettes spécifiques car vos pieds seront soumis à rude épreuve et la chaussette souvent négligée, sera aussi importante que de bonnes chaussures. Pour le reste, prévoir un bonnet, un chapeau ou casquette pour vous protéger du soleil. Des lunettes de soleil, des gants (2 paires, au cas où), éventuellement un poncho de randonnée qui pourra vous protéger vous et votre sac en cas de grosse intempérie.

Est-ce possible de faire le Tour du Mont Blanc en autonomie totale ?

Alors oui, c’est possible. Il faut cependant avoir conscience de certaines choses. En France, le bivouac est toléré du coucher du soleil au lever du jour. En Italie, il est interdit en dessous de 2500m, ce qui limite les possibilités. En Suisse, le bivouac est en revanche interdit. Pour autant, il est possible de trouver des aires de campings tout le long du parcours. Il faut savoir que cela impliquera une toute autre logistique puisqu’il faudra un sac plus grand de manière à emporter votre tente, votre sac de couchage, tapis de sol, réchaud, rations alimentaires, etc.

Faire le Tour du Mont Blanc, ça coûte cher ?

Outre le coût lié à l’achat de votre équipement, il faudra envisager un budget pour les hébergements, les repas, etc. Si vous optez pour une formule guidée du Mont-Blanc, il vous en coûtera environ de 500 à 1000€ par personne. Ce tarif comprendra l’encadrement, l’hébergement en pension complète ou demi-pension, les éventuels transferts en bus (ou train), les remontées mécaniques et éventuellement le transport de vos bagages par taxi d’un refuge à l’autre, quand cela est possible. Et si vous envisagez de partir sans accompagnateur au Mont-Blanc, il faudra compter d’environ 300 à 700 € par personne, selon les étapes, les formules et les refuges choisis.

Alors c’est bon, vous vous sentez prêt à partir à l’assaut du TMB ? Maintenant que vous savez à quoi vous attendre, équipez-vous, préparez-vous, organisez-vous et à vous de jouer !! Enjoy le Tour du Mont-Blanc et croyez-moi, vous n’oublierez pas cette aventure de sitôt. Pour vos logements, faites confiance à Sportihome, la plateforme française de location de vacances entre sportifs. Les hôtes Stay-Share-Play pourront vous donner leur précieux conseils avant d’entamer votre périple !

Magazine Sportihome


Ces articles pourraient vous plaire :

Faire le Tour du Mont Blanc : tracé et conseils
Faire le tour du Beaufortain : présentation et conseils
Randonnée en Haute Savoie : les meilleurs sentiers
Randonnée en Savoie : les plus beaux sentiers