A 21 ans, Delphine Jariel, véliplanchiste windsurf RS :X a déjà un sacré palmarès à son actif.
Après avoir terminé Championne de France Elite, la star montante de sa discipline est pleine de projets. Alternant études de kiné et compétitions, elle s’entraine dur comme fer pour son prochain Championnat du Monde en Nouvelle-Zélande 2020 et ambitionne de participer aux Jeux-Olympiques 2024.

Elle a récemment intégré l’équipe des ambassadeurs Sportihome, le #SportiCrew.
Nous avons eu le plaisir de l’interviewer, pour qu’elle nous parle de son quotidien et de sa discipline olympique le Windsurf RS :X.

Delphine Jariel en quelques mots

Delphine Jariel

Age et ville d’origine : 21 ans, Montpellier
1ère fois sur une planche : 10 ans
1ère compétition : à 11 ans, lors d’une ligue à Balaruc-les-Bains
Home spot : le spot de Carnon, son club est le Yacht Club de Mauguio-Carnon
Spot où tu rêves d’aller : Tobago Cays (îles Grenadine)

Palmarès complet :
Catégorie minime (12-15 ans) : support techno 293 bic
2010- 3ème au championnat de France
2011 – Championne de France et Vice Championne d’Europe
Catégorie cadette (14-16 ans)
2012- Championne d’Europe par équipe 

2 012- 6ème au Championnat du Monde, Pologne
2012 / 2013 – Vice Championne de France
Catégorie Jeune (16-18 ans) : Support RSX (Olympique)
2014- 8ème au Championnat du Monde, Floride
2015- Vice Championne de France
Catégorie Sénior
2015- Championne de France Elite et Raceboard

2015- 2ème à la Semaine Olympique Française
2016- Vice Championne de France
2017- 7ème Championnat d’Europe -21 ans
2017- 6ème au Championnat du Monde, Tokyo -21 ans
2018- 17ème World Cup Miami
2 018- 24 ème Championnat du Monde Danemark, 3 e française
2018- 3ème au Championnat de France Elite

Sponsors : Team banque populaire du sud (6 jeunes sportifs prometteurs de la region Occitanie), team Usport, mille et un repas, Sportihome

 

Interview de Delphine Jariel

Delphine-Jariel-Windsurf-RSX

Delphine Jariel – Sailing Energy

Sportihome Mag : Hello Delphine, que fais-tu en ce moment et sur quel spot de la planète bleue es-tu en train de profiter de la vie ?
Je viens de finir ma deuxième année de kiné que j’ai validée. Je vais enchaîner plusieurs stages d’entrainement, dont un en Bretagne et un en Italie, le prochain Championnat du Monde étant en Septembre prochain en Italie.
Mon objectif final est le Championnat du Monde 2020 en Nouvelle-Zélande, j’ai axé toute ma préparation dessus.

Sportihome Mag : Qu’est-ce qui t’a poussé à te mettre à la planche à voile ?
Mes parents faisaient déjà de la planche à voile depuis quelques années.
Lors d’un voyage en famille, ils nous ont mis sur une planche. J’ai adoré et je me suis inscrite dans un club en rentrant de vacances.
Ma petite sœur est elle aussi dans le circuit sénior et ma grande sœur en a fait à haut niveau pendant des années.

Sportihome Mag : Qu’est-ce que tu ressens sur ta planche sur l’eau ?
Une incroyable sensation de liberté ! Tu es en plein milieu de la mer et tu peux aller où tu veux. Je suis réellement passionnée par cette sensation de glisse.

 

Sportihome Mag : Peux-tu nous parler de la RS :X Discipline et de comment se déroulent les compétitions en général ?

La RS :X c’est sur un support olympique, avec une voile faite pour naviguer dans toutes les conditions. Pour les filles, la voile fait 8,5m2.
Pour les compétitions, c’est typiquement de la régate. Une course à faire le plus vite possible, en fonction de ta place à l’arrivée tu marques un nombre de points qui s’accumulent sur la semaine.
Les compétitions se passent souvent sur 5 jour à l’international avec 3 manches programmées par jour (nombre variable selon le vent).
Chaque manche dure 30 minutes environ, et représente une forme de trapèze : au près, travers, vent arrière, près, vent arrière, travers.

Sur le dernier mondial, on était 80 filles, et la Championne de France Olympique de Rio est française.

Sportihome : Quelles sont les qualités pour assurer en Windsurf RS :X ?
Il faut pas mal de physique, comme on navigue avec la même taille de voile dans toutes les compétitions qu’il y ait 5 ou 30 nœuds.
La voile étant très grande, on a besoin d’une certaine technique pour la tenir et la lever.

Il faut aussi être passionné et motivé car on passe énormément d’heures sur l’eau. Il faut aussi « adorer voyager » et ne pas avoir peut de « mener une vie à 200 à l’heure. »

Sportihome : Les JO ont lieu sur le plan d’eau de Marseille, as-tu prévu d’y aller ?
Oui, je m’entraine aussi pour ça en ce moment, c’est l’un de mes objectifs à moyen terme. Le plan d’eau de Marseille est magnifique mais les conditions y sont compliquées.

Les sélections pour les JO 2020 ont déjà été faites, il n’y avait qu’une seule place et c’est Charline Picon, la championne en titre qui a été sélectionnée. Elle a beaucoup d’expérience et domine totalement le support.

Windsurf-RSX-discipline-olympique

Sportihome Mag : Comment se passe ta semaine type ? Est-ce que ce n’est pas compliqué d’allier sport & études ?
J’ai 5 séances de musculation en salle par semaine, où j’entraine bras, jambes, je fais du cardio et beaucoup d’étirements.
J’ai aussi 3 à 4 entrainements sur l’eau par semaine au club de Carnon.

Je fais aussi souvent des blocs d’entraînement, avec les autres 5 filles dans le dispositif « avenir olympique » ; on se regroupe selon les conditions météorologiques et on s’entraine pendant des stages intensifs (à Marseille, à Cadiz en Espagne, etc.).

Ce n’est vraiment pas facile d’alterner entre mes études de kiné à Montpellier et les nombreux entrainements, surtout pendant les exams. J’aime être à fond dans tout ce que je fais, et c’est vraiment compliqué car je dois parfois rattraper des semaines entières…

Sportihome : Pratiques-tu d’autres sports outdoor , et en quoi ils t’aident dans ta pratique du Windsurf ?

Oui, je fais aussi du Kitesurf, du ski, du snowboard, du Wakeboard, du Foil, du SUP.
C’est toujours bénéfique, ces sports aident vraiment pour la glisse et donne des qualités en plus.

Sportihome Mag : Tu as donc testé le windsurf foil ?
Je débute, quand on fait de la planche on arrive à s’en sortir. C’est très sympa, en termes de glisse on a vraiment une impression de voler.

Sportihome Mag : Que penses-tu du concept de Sportihome, qui a pour but de rapprocher les gens à travers des passions sportives ?
C’est super, Sportihome permet de regrouper tout ce que les sportifs recherchent en un seul clic. Les sportifs ont tout qui défile, ça permet vraiment de s’inspirer sur ce qu’on peut faire e week-end et découvrir de nouveaux endroits.
En plus, je trouve ça super de rencontrer des gens avec la même passion, le concept est vraiment intéressant !

Sportihome : Quels sont tes projets à venir ?
Alors, j’ai des championnats du monde très rapprochés cette année.
Au lac de Garde en Italie en Septembre et en Nouvelle-Zélande en Février.

C’est là où va se décider la partenaire d’entrainement pour celle qui va aller aux Jeux Olympiques.
Quand une fille est sélectionnée, la fédération décide ensuite qui va l’accompagner durant sa préparation.

Sportihome Mag : Comment motiver les filles à se lancer dans des sports de glisse ?
Je les conseille vraiment de tenter, de ne pas avoir peur. Dans tous les sports extrêmes, c’est la peur qui nous paralyse mais il faut de temps en temps débrancher le cerveau et se faire plaisir ! 🙂

Merci Delphine Jariel pour tes réponses !
Retrouvez d’ailleurs toutes ses aventures sur ses réseaux sociaux !

Delphine Jariel FB

 

 

 


Ceci devrait vous intéresser :