spot_img
AccueilDécouverteBeachstart : Comment réussir son beach start en surf foil ?

Beachstart : Comment réussir son beach start en surf foil ?

Envie de survoler l’eau à la seule force de vos cuisses, sans jamais vous mouiller les cheveux ? Sportihome vous emmène en mer, et vous apprend à faire un take off en surf foil depuis la plage. Découvrez notre guide complet pour réussir un beachstart (ou beach start) et flotter les mains libres à la surface de l’eau. 

Avec les conseils de Sportihome, on espère que vous allez tous réussir vos premiers beach start en surf foil, et ainsi être capable de pomper jusqu’au pic puis revenir à votre serviette sans s’être mouillé. Pour tous les pratiquants de dockstart / foil pumping, c’est le graal absolu. Sur la plage ou sur l’eau, vous allez en scotcher quelques un(e)s.

Pour vous permettre d’aller défier des vagues insurfables ou insurfoilable, retrouvez nos 6 étapes clés pour réussir ! En avant donc pour une initiation au beach start pour maîtriser le take off avec votre surf foil depuis la plage !

1. L’histoire du beachstart

La première vidéo qui a buzzé sur Instagram date de 2018. Un surf foileur japonais, (désolé mais on ne se rappelle plus de son nom) s’élance avec un foil Takuma depuis une plage au Japon. Or, il n’y a pas de vague à surfer. Le rider part simplement, ce qui est déjà pas mal, faire du foil pumping sur un plan d’eau plat. 

La vidéo qui, pour nous représente vraiment le graal avec beach start et surf foil derrière, c’est la vidéo du rider Wesley Brito et son matos de chez Sroka. La vidéo datant de novembre 2019, fut filmée sur un spot au Cap Vert. On peut voir Wesley Brito surfer des vagues vraiment impraticables autrement qu’en beachstart et surf foil ! Les 3 spectateurs sur la plage sont scotchés. Et nous aussi ! C’est pour cela que l’on a voulu percer les secrets du beach start foil pumping pour les partager avec vous, nos chers lecteurs du Magazine Sportihome.

2. Apprendre le dockstart foil pumping

sylvain en foil sur une planche beach start

Le dockstart est clairement une étape indispensable pour réussir votre beachstart. Difficile de commencer directement sans passer par la case dock start. Cette pratique va vous permettre de passer rapidement du temps sur votre foil et vous aider ainsi à maîtriser les appuis sur votre planche. Ça tombe bien car Sylvain, le boss de Sportihome, nous a déjà partagé une grande partie de son expérience, dans notre guide ultime pour débuter et progresser en dockstart. Une fois à l’aise en dock start, vous allez pouvoir vous mettre au beach start. En fonction des niveaux et de votre engagement, il faut compter entre 30 et 50 sessions de dockstart avant de vous lancer depuis la plage. Les départs depuis le dock (pont) sont maîtrisés. Essayez de réduire au maximum votre course d’élan et tester les départs à l’arrêt, dit “dead start” afin de maîtriser l’impulsion du saut final. Justement, pour votre impulsion, penchez votre corps bien en avant pour lancer l’ensemble avec le plus d’inertie et de vitesse possible vers l’avant.

3. Trouver le spot idéal pour beach starter

preparation pour beachstart devant la plage

Le spot idéal n’est pas si simple à trouver, surtout si vous débutez. Vous n’avez pas encore le niveau de Gwen Le Tutour, ancien rider Cabrinha, chez Sabfoil depuis peu, capable de partir en beachstart sur un fond plat de 25 cm de profondeur à peine avec son mât de 70cm. Regardez plutôt ça !

Pour trouver le spot idéal prenez le temps d’explorer les plages autour de chez vous. Idéalement, il vous faudra une plage avec un fort tombant derrière. Ceci vous permettra d’avoir plus de chance de réussite car vous toucherez moins le fond avec votre foil. Cependant, ces plages avec un tombant rapide, il n’y en a pas partout. Souvent, le sable est plus mou donc logiquement moins évident pour courir. De toute manière, vous n’aurez pas des milliers de possibilités et il vous faudra rapidement vous entraîner avec ce que vous avez sous la main. Dans l’idéal, il faut que vous puissiez courir sur une pente qui passe de 10 cm de profondeur à 40 cm en 2 à 3 mètres, puis sauter sur votre board. Vous vous rendrez rapidement compte que 40 cm, ça commence à faire beaucoup d’eau à pousser. Même les pros du Sea Fitness n’arriveront pas à courir aussi vite que vous dans ce niveau d’eau. Enfin, cela paraît logique mais nous vous conseillons d’éviter les pentes avec galets ou cailloux. Vous aurez bien moins mal aux pieds mais c’est surtout votre foil qui va vous remercier.

Du côté de Montpellier, on trouve quelques spots avec le fond qui tombe tout de suite. Par exemple, dans le canal de Port Camargue côté plage sud, vous avez un ponton à disposition pour faire du dockstart si vous en avez marre du beach start ! Vous pouvez aussi trouver des spots derrière les digues qui sont horizontales à la plage. Par exemple, sur ce spot à Carnon. En Bretagne, du côté du Pouldu, avec la Laïta qui se jette, le courant vient creuser la plage, offrant alors, entre 2 marées, un superbe spot. Comme devant chez Fred, qui au passage vous propose de très belles locations de vacances.

4. Le choix du matos pour beachstart

duo de surf foileur pour beachstart a la mer

Évidemment, on en revient toujours au matériel. Même si on pense que les professionnels pourraient y arriver avec n’importe quelle taille de front wing, pour débuter il va vous falloir un mât court, un foil super porteur à basse vitesse, du matos solide pour éviter les casses de fuselage, et une board fine et légère pour une tenue en main adéquate lors de vos courses d’élan. Pour l’aile avant, difficile de commencer avec du 1200 ou 1500. Il faut partir sur une aile épaisse qui plane presque à l’arrêt. Chez Takuma, la LOL 1900 est particulièrement bien adaptée. L’aile est solide et n’est pas dangereuse car pas coupante. Chez Gong aussi, ils ont du matos super accessible en prix pour vous y mettre pleinement. Plus vous progresserez, plus vous pourrez diminuer la taille de l’aile. Les pros y arrivent en Kujira 980 pour vous donner une idée. Pour le stabilisateur avec la LOL 1900 de chez Takuma, vous pouvez utiliser le 370 (vendu avec), le 300 vendu avec le 1300 ou le 220 vendu avec les ailes Kujira.

Sylvain, cofondateur de Sportihome vous conseille le 300, qui permet de gagner un peu de vitesse et offre une relance plus rapide. Pour la longueur du mât, prenez 65 cm. C’est la plus petite taille chez la plupart des marques. Ce n’est pas le mât qui offre la meilleure performance de pumping et de vol, mais vous verrez que sauter déjà en beachstart sur un mât de 65 cm n’est pas une mince affaire. Gardez votre 75 cm pour l’étape suivante de progression. Pour la planche il vous faut un petit volume, étroite et solide. Vous pouvez la fabriquer vous-même avec du bois, soit acheter une board d’occasion de kite foil. Enfin, vous pouvez craquer pour une jolie board dédiée au dockstart car de plus en plus de fabricants s’y mettent ! A commencer par Voga qui sont les premiers en France à avoir lancé des planches dédiées Dock en série. A Montpellier, il y a aussi Kakoo qui fabrique du super matos. Les italiens de Sabfoil propose également de superbes produits. 

5. La course d’élan et le saut final

C’est là que le plus délicat se présente face à vous. Il faut être capable de courir vite, sans se taper les pieds dans le foil, et sauter haut avec une impulsion en avant pour grimper de manière groupée sur votre board. Le tout en arrivant évidemment au bon endroit avec vos pieds et pouvoir enchaîner le pumping tout en restant haut sur votre foil. 

Si vous maîtrisez le dockstart foil pumping, il vous faudra compter 5 à 6 sessions d’essais pour commencer à faire vos premiers départs en beachstart. C’est en forgeant qu’on devient forgeron. Il faut un peu se forcer au début et ça viendra tout seul par la suite ! C’est là que vous allez pouvoir tester votre résilience et résistance physique et mentale. Ne tenez pas compte du monde sur la plage qui viendra rapidement voir ce que vous essayez de faire. Votre forme physique sera également mise à rude épreuve car cela va un peu taper dans vos tibias, genoux, cuisses et pieds. Pour le début, on vous conseille de le faire avec une vieille combinaison. Certains mettent même des protèges tibias. Votre course doit être rapide et franche. Comptez 6 pas grand maximum et un saut explosif bien groupé vers l’avant pour grimper sur votre board. Votre buste doit être penché en avant pour donner de l’élan. C’est comme en skimboard. Vous avez dû essayer plus jeune, la planche que l’on lance sur l’eau après laquelle on court derrière et saute dessus pour glisser quelques mètres. C’est la même idée mais avec le foil sous les pieds. La petite astuce quand il y a des vagues, c’est d’utiliser celle qui arrive pour réussir son take off. Avec la vague qui remonte sur la plage, la vitesse de votre foil dans l’eau sera plus grande, ce qui va améliorer la portance. Ensuite, il faudra davantage d’énergie dans vos jambes pour accélérer contre le courant de la vague. L’arrivée au pic pour surfer sera plus physique, mais tenez bon, c’est ensuite magique.

sylvain de sportihome sur foil surf pour beachstart

Notre conseil pour s’entraîner ? bossez à fond votre explosivité ! Afin de bien préparer vos muscles, rendez-vous à la salle de crossfit avec les box ou tout simplement en ville pour trouver un banc, ou une grande marche à la bonne hauteur. Posez vos mains dessus et sautez en haut. Répétez autant de fois que possible. Vous pouvez aussi vous entraîner à faire des grands sauts en avant en partant à l’arrêt et en levant les jambes le plus haut possible. Les squats sautés deviendront aussi vos amis. 

Il existe aussi différentes variantes pour le départ beachstart. Matt Wheel, nous propose par exemple ci-dessous le take-off superman. Ce départ nécessite plus de fond et surtout de maîtriser déjà le take-off superman depuis un ponton ou un rocher. 

6. Passer en mode micro-pumping

beach start en foil pour sylvain

Comme il y a peu de fond et que votre vitesse sera moins rapide que sur un départ dockstart, il vous faudra générer de la vitesse très rapidement tout en restant bien haut sur votre mât. Notre conseil, dès que vous êtes sur votre board, est de passer en mode micro pumping. C’est-à-dire d’effectuer des mouvement de pumping très rapide, en mode tac-tac-tac. Vous pourrez alors accélérer rapidement, passer les premières mousses de vagues puis retourner tranquillement sur un rythme de pumping plus adéquat. Pour vos débuts en beach start, vous aurez un mât de 65 cm. Le meilleur pumping en foil s’obtient pourtant avec un mât de 75 cm. Observez bien le plan d’eau et ressentez en fonction de votre capacité cardiaque et musculaire à quel moment faire demi-tour pour revenir à votre point de départ. Trouver le moment idéal pour tourner et pour surfer une vague. Attention avec les gros foil, il faut anticiper pour tourner et bien toujours relancer avec des pumping car le glide est souvent moins bon qu’avec des foils plus petits et plus profilés.

7. Sur le point de devenir la star de la plage

La session parfaite s’offre maintenant à vous. Maintenant que vous arrivez à beach starter avec votre surf foil, vous allez pouvoir aller pouvoir rapidement progresser. Évidemment les vagues vont vous apporter de la difficulté : clapot, courant, et si jamais il y a du vent en même temps, ça se corse un peu plus. D’ailleurs, ne tournez pas face au vent quand vous arrivez au pic, mais restez bien dos au vent. Comme vous serez déjà bien essoufflé en arrivant au pic, si vous vous retrouvez vent de face, vous resterez scotché sur place. Et quelque chose nous dit que vous vous passerez bien d’un retour à la nage. Pas besoin d’1m de vague pour scorer une belle session, un petit 30 cm à 50 cm vous permettra déjà de découvrir les joies du vol sur foil. Niveau progression, de nombreuses possibilités s’offrent maintenant à vous : passer sur un foil plus petit et un mât plus haut ou surfer des vagues de plus en plus grosses. Vous pourrez même reconnecter des vagues en pompant entre, graber votre planche pendant le surf, s’assoir sur sa planche pendant le surf etc.

Certains penseront peut-être que c’est un sport nul ou avec peu d’intérêt. D’autres vous diront même que ça ne ressemble à rien et que vous n’avez pas de style. Et pourtant, quelle activité sensationnelle ! C’est quand même un régal de pouvoir surfer des vagues inaccessibles autrement. En tout cas pour les waterman passionnés de glisse que nous sommes, ce support offre des sensations uniques, et nous permet de passer du temps sur son foil en absence de vent. De quoi améliorer son niveau en wing foil ou en surf foil. C’est également un super bon exercice pour le cardio et pour brûler des calories à gogo. Foncez donc vous mettre au beach start et partager avec Sportihome, les plus belles photos lors de vos sessions ! Amis sportinautes, c’est maintenant à vous de jouer ! Et bon beachstart à tous ! 

En Bonus, voici ce que donne le Foil Beachstart en vidéo vue de l’intérieur du boardshort 🙂
et de l’extérieur !
YouTube player

If you do not read french, and your ChatGPT or Deepl or Google Trad is over, you should watch this great video, in english, from Gwen Le Tutor : Foiling off the beach like a pro.

Sylvain Morel, confondateur de Sportihome
© Photo Sportihome – Aurélien Toulan


Ces articles pourraient vous plaire :

Dockstart : Le guide ultime pour débuter et progresser
Wing Foil : 5 conseils pour débuter par Titouan Galea
Surf foil : Comment fonctionne un foil de surf ?
SUP Foil : Tout savoir pour débuter

derniers articles
Ils l'ont fait 💪
- Advertisment -spot_img