Né en Suède en 2006, le swimrun est la discipline qui monte parmi les épreuves sportives combinées en France. Mélangeant course à pied et natation en eau libre, le swimrun possède ses caractéristiques propres et est devenu, au fil des années, une discipline indépendante avec son propre règlement. Au milieu de la nature, le swimrun permet de découvrir le magnifique environnement qui nous entoure.
Cet article a pour objectif de présenter le swimrun dans sa globalité : le concept du swimrun en tant que sport, les équipements, les différents formats de course ou encore les meilleurs lieux de pratique en France.

Swimrun en France : le meilleur du sport

Swimrun : historique et présentation de la discipline

Historique

L’origine du swimrun a son storytelling parfait. En 2002, après une soirée arrosée, quatre amis suédois, répartis en équipe de deux, se lancent un défi : relier deux îles quasiment opposées dans la baie de Stockholm. La dernière équipe offre au vainqueur l’hébergement sur l’île d’arrivée

Seule règle obligatoire, la nécessité de passer devant les trois restaurants situés entre les deux îles. Le swimrun est né avec cette course de… 75 kilomètres entre 24 îles ! La première équipe a d’ailleurs besoin de 24 heures pour rallier l’arrivée. Cette course est nommée ÖtillÖ. Ö till Ö signifie « d’île en île » en suédois, le ö se prononçant comme la lettre e en français.

En 2006, ÖtillÖ devient une course ouverte pour tous. Aujourd’hui, chaque année, ÖtillÖ est la course des championnats du monde de swimrun.

Caractéristiques du swimrun en tant que sport

Les principales caractéristiques du swimrun sont les suivantes :

  • Alternance entre course à pied et natation ;
  • Pas de transition entre les deux ;
  • Transport de son matériel durant toute la course.

A bien des égards, on peut comparer le swimrun au biathlon, bien que les deux épreuves n’aient pas grand-chose à voir.

Tout d’abord, le swimrun est une combinaison de deux disciplines, la natation en eau libre et la course à pied. Ces deux épreuves alternent l’une après l’autre jusqu’à l’arrivée. Par exemple, la course ÖtillÖ alterne nage en pleine mer et course à pied sur une île. Le terrain doit donc être propice à la pratique du swimrun, souvent entre des îles, des bras de mer ou des lacs de montagne, parfois parcourus plusieurs fois.

Au contraire du triathlon, cet enchaînement natation – course à pied se fait sans aucune transition. On parle alors de « swim and run », nager et courir du début à la fin !
Cette absence de transition oblige à transporter son matériel prévu pour chaque discipline pendant toute la durée de la course. Autrement dit, on coure et on nage avec la même tenue et le même matériel !

Et le biathlon dans tout ça ? C’est assez comparable. Le ski de fond et le tir alternent sans transition, et les biathlètes sont obligés se transporter la carabine du début à la fin de la course.

Les équipements pour pratiquer ce sport

combinaison swimrun

© Decathlon

Le swimrun est une épreuve nécessitant un équipement adéquat pour la pratique.
Le premier de ces équipements, c’est la combinaison spéciale swimrun. Celle-ci est adaptée à la particularité du swim run car des panneaux de néoprène, une sorte de tissu en caoutchouc, sont placés sur la partie inférieure de la combinaison. Ceci permet une meilleure flottabilité et de réduire, un peu, la fatigue engendrée par la nage.

Le second équipement, ce sont les chaussures. Comme pour la combinaison, le choix des chaussures est très important. Ses principales caractéristiques sont un poids léger, un excellent grip et une bonne évacuation. Le poids léger est indispensable pour la natation et éviter d’avoir des boulets aux pieds. Le grip est nécessaire pour la course à pied et certaines chaussures sont équipées de crampons. Enfin, l’évacuation efficace et rapide est utile pour courir après avoir nagé et éviter d’avoir de l’eau stagnante dans les chaussures.

Autres équipements, le pull-buoy et les plaquettes de natation, les deux pour faciliter la nage en eau libre. Le pull-buoy est un petit flotteur en mousse qui vous rappellera vos cours de natation à l’école primaire ! Il se place entre les jambes, ce qui, comme les panneaux de néoprène, permet une meilleure flottabilité du corps. L’avantage du pull-buoy est de pouvoir reposer les jambes pour la course à pied et faire travailler uniquement les muscles du haut du corps. Quant aux plaquettes de natation, elles permettent d’augmenter la force du mouvement de nage et donc la vitesse.

Enfin, un sac spécial swimrun est nécessaire pour transporter le matériel non utilisé pour la course à pied, incluant les classiques lunettes de nage et bonnet de bain. Ce sac est prévu pour la pratique du swimrun. Il est donc léger, étanche et facilement accessible.

Swimrun : les différents formats de course

course swimrun

Le swimrun est une épreuve difficile. Elle nécessite un entraînement régulier pour améliorer la condition physique, l’endurance et l’alternance entre natation et course à pied.

Cette difficulté est la raison pour laquelle la pratique en duo est le format classique du swimrun. Chaque swimrunner est dépendant l’un de l’autre. Cela permet une entraide, un partage, un soutien moral et physique, et un secours d’urgence si l’un des deux a un accident. En résumé, les valeurs du swimrun !

Aujourd’hui, le swimrun s’est adapté à la demande et des formats de courses en individuel ont fait leur apparition. Les standards mondiaux divisent les courses en 6 formats :

  • Super sprint : jusqu’à 10km ;
  • Sprint : de 10 à 20km ;
  • Regular (Half) : de 20 à 40km ;
  • Long : de 40 à 75km ;
  • Ultra : + 75km ;
  • Multiday : supérieur à 24 heures.

En général, les formats super sprint, sprint et quelques courses en regular peuvent être accessibles aux swimrunners solo. Les autres ne peuvent être faites qu’en duo.

Il est important de noter que ces standards mondiaux peuvent différer selon les pays de pratique. Par exemple, en France, les 6 formats sont plus courts en distance :

  • Distance XS : jusqu’à 5km ;
  • Distance S : entre 5 et 12,5km ;
  • Distance M : entre 12,5 et 20km ;
  • Distance L : entre 20 et 35km ;
  • Distance XL : entre 35 et 55km ;
  • Distance XXL : plus de 55km.

Depuis 2019, une fusion s’est opérée entre les formats solo et duo, sans remettre en cause les standards précédents.

Si l’envie vous prend de participer, surveillez le calendrier des courses. Elles se déroulent principalement de mars à octobre. Surtout, il y en beaucoup en France et dans de plus en plus de pays !

Les meilleurs lieux de pratique en France

swimrun toulon

Bien-sûr, La Mecque du swimrun se trouve à Stockholm et ses îles ! Toutefois, en France, nous disposons d’excellents lieux de pratique du swimrun. Ces sites se trouvent majoritairement dans la partie sud de la France, à proximité de la mer ou de lacs de montagne.

Le lieu de pratique idoine est la Côte d’Azur avec Cannes, Nice, le massif de l’Estérel et Toulon. La course de Cannes fait d’ailleurs partie des ÖTILLÖ World Series. Créé en 2016, le swimrun Côte d’Azur se déroule autour de Nice et rencontre de plus en plus de succès chaque année. Il existe aussi des swimruns autour du massif de l’Estérel et de Toulon. D’une manière générale, la Côte d’Azur est la région préférée des swimrunners en France, avec de nombreux clubs et lieux d’entraînement.

Pour pratiquer le swimrun sur la Côte d’Azur dans les meilleures conditions, découvrez les logements Sportihome :

A proximité du parc national des Ecrins dans les Alpes, deux autres swimruns sont populaires en France : Grenoble-Laffrey et Embrun. C’est aussi un lieu merveilleux pour s’entraîner, avec un panorama sublime.
Enfin, il y a de nombreux swimrunners en Bretagne et plusieurs swimruns y sont organisés dans l’année.


Ces articles pourraient vous plaire :

Séjour sportif chez Matteo, swimrunner
Où faire du Canyoning en France ?
Les meilleurs spots de paddle en ville en France


Par Benjamin Allouch pour Sportihome