Temps de lecture : 5 minutes (pour faire le plein de sport et tourisme 🤙)

Apparu il y a déjà plusieurs années aux États-Unis, le « gravel bike » s’est aujourd’hui démocratisé en France sous le nom de velo de gravel et touche de nombreux adeptes. Si l’on devait résumer ce type de vélo en deux mots ça serait : confort et polyvalence.
Sportihome vous présente aujourd’hui cette nouvelle discipline qui ne cesse de se développer et qui attire de plus en plus de cyclistes qui souhaitent rouler et emprunter tous les types de routes et de chemins.

A la découverte du velo de gravel

Qu’est ce que le velo gravel ?

gravel bike

Il y a encore quelques années, chaque type de vélo avait son utilité bien précise. Par exemple un vélo de route pour les sorties sur route, le VTT pour les chemins et sentiers, le vélo de ville lorsque l’on souhaite privilégier les déplacements urbains…
Mais le monde du cyclisme est en perpétuel évolution et des innovations voient le jour chaque année afin de toujours améliorer les deux roues.
Certains fabricants ont donc eu l’idée de créer un vélo « hybride » entre le vélo de route, le VTT et le cyclocross, c’est de là qu’est né le gravel. C’est un vélo qui convient donc à tous les types d’usage et vous permet d’avoir une seule monture pour tout faire, c’est un peu le couteau suisse du cyclisme.

Le gravel doit sa récente notoriété aux cyclistes américains. Habitué à partir pour de longues excursions dans l’Ouest américain sur des chemins caillouteux et des routes poussiéreuses. Il fallait donc changer son vélo de route en lui ajoutant notamment des pneus plus large pour obtenir une meilleure adhérence sur les terrains difficiles.
Ce qui était censé n’être qu’une transformation pour rendre son vélo s’est avéré être aujourd’hui un véritable phénomène mondial.

Les caractéristiques

caractéristiques du gravel

Si à première vue on pourrait croire qu’il ressemble comme deux gouttes d’eau à un vélo de route ou à un cyclocross. Le gravel se distingue par ses différences sur certains points spécifiques. Ces caractéristiques lui permettent un meilleur confort et une plus grande maniabilité aussi bien sur le bitume que sur un terrain escarpé et accidenté.

Le cadre

Parlons d’abord du cadre, il se composera pour la plupart d’aluminium, d’acier ou même de titane. Ce sont des matériaux robustes mais assez léger permettant une utilisation mixte. De plus la géométrie du cadre typé endurance permet un aspect confortable même lorsque les heures de pédalage défilent. Si vous vous destinez à un usage plus sportif, optez pour un cadre en carbone qui rendra votre monture plus légère et qui améliorera vos sensations.

Le guidon

Concernant le « poste de pilotage », le cintre du gravel se rapproche de celui du vélo de route mais possède une forme plus évasée surtout en bas. Le guidon est aussi plus relevé pour avoir la sensation de rouler droit et plus relaxé. Sur certains modèles, les cocottes peuvent être un peu rentrées vers l’intérieur pour gagner en stabilité lorsque l’on positionne ses mains.

La selle

La selle quant à elle est conçue avec des matériaux moins rigide que sur la route pour plus de confort une fois assis sur votre monture.

Les roues et les pneus

Les roues, elles sont plus robustes souvent faites en aluminium avec un diamètre en 700c même si aujourd’hui on peut aussi en trouver en 650b.
Du côté du pneu gravel, ils sont évidemment plus large que pour un vélo de route, se rapprochant de ceux utilisés pour le cyclocross. Avec des sections pouvant aller de 35 à 42 mm nulle doute que votre gravel alliera stabilité et adhérence dans n’importe quelle situation.

Si vous préférez rester sur des pneus plus fins dédiés à une utilisation plus tournée route, vous pouvez également avec des sections allant de 28 à 35 mm. Aujourd’hui, la plupart des vélos gravels sont sur un montage tubeless permettant de diminuer les risques de crevaison mais surtout de baisser la pression des pneus pour plus de motricité et de confort.
Sur le gravel c’est frein à disques quasiment systématique pour un freinage plus sur et plus précis même en cas de mauvais temps.

La transmission

Parlons maintenant un peu du développement (cassettes et plateaux). On doit pouvoir emmener son gravel partout, c’est pour cela qu’il est courant de retrouver des transmissions de type compact en 50/34 (dents) ou semi-compact en 52/36, pour les doubles plateaux. Mais encore cela peut varier selon les modèles et selon le type d’utilisation. De plus, la plupart des gravels sont aujourd’hui dotés de monoplateau permettant de gagner en légèreté et en réactivité.
La cassette est souvent en 11,12 ou même 13 vitesses en 10-52 dents, 10-42, 11-34 ou 11-32.

Pour les pédales, vous pouvez très bien opter pour des pédales classiques plates ou alors des pédales automatiques. Dans ce cas il faudra choisir celle identiques à celles qu’il y a sur un VTT.
Le pédalier est lui positionné un peu plus bas que sur un vélo de route pour donner l’impression de rouler un peu plus « assis » que sur un vélo de route.

Pour finir à propos du poids de ce vélo, il se situe entre 9 kilos pour les modèles les plus légers et peut aller jusqu’à 12 kilos.

Quelle utilisation pour le gravel ?

bikepacking

À l’origine le gravel est prévu pour passer de la route aux chemins de terre sur de longues distances. Il n’est donc pas rare de l’utiliser aujourd’hui pour faire du bikepacking. C’est une forme de cyclotourisme consistant à équiper son vélo de sacoches pour partir à l’aventure sur plusieurs jours. Les nombreux oeillets présents sur le cadre permettent alors d’y accrocher très facilement des sacoches ou même au niveau de la selle et du cintre. On peut aussi très facilement ajouter un garde boue pour se protéger des éclaboussures.

Mais aujourd’hui le velo gravel séduit de plus en plus d’utilisateurs qui ne le pratiquent pas forcément pour son utilité de base.
Par exemple aujourd’hui beaucoup adopte le gravel comme un vélotaf ou pour se déplacer au quotidien dans un cadre assez urbain.
Même si le gravel est un vélo loisir par excellence. On l’enfourche sans recherche de performance dans le seul but de s’évader pour profiter du grand air. Quelques compétitions de gravel voient le jour comme : l’Héraultaise, le Gravel Trophy ou encore le Roc Gravel …

Pour un grand nombre de passionnés, le gravel n’est pas qu’un simple vélo. C’est aussi une philosophie, un mode de vie. Dès que l’on décide de prendre son vélo, on peut rouler librement où on veut et quasiment quand on veut. Si vous souhaitez (re)découvrir les paysages des régions françaises d’une façon original, le gravel sera un parfait allié pour vous aventurer sur tous les types de routes et de chemins.

Et l’électrique dans tout ça ?

gravel electrique

On sait aujourd’hui que chaque type de vélo possède sa déclinaison électrique que ça soit le VTT, le vélo de ville ou le vélo de route. Vous pouvez donc opter pour un vélo avec assistance électrique pour avoir une aide supplémentaire lorsque la route s’élève. Le gravel ne déroge pas à cette règle. Avec son moteur de puissance moyenne, le gravel electrique ou e-gravel permettra à une cible plus large d’utiliser ce type de vélo. De plus cela vous permettra de prendre des chemins que vous n’auriez pas pensé prendre auparavant.

Grâce à l’électrique le champ d’utilisation du velo de gravel s’étend encore et il se classe vraiment comme un VAE idéal à tout faire.
Cependant l’ajout d’une assistance électrique sur votre gravel fera très vite monter le poids de votre monture mais aussi son prix.

Où pratiquer le gravel ?

Le gravel se pratique de partout. Chemin, route ou ville, tout dépend de l’utilisation que l’on fait de son vélo. Nombreux sont les sentiers dédiés au gravel en France dans les Espaces R-Bikes. Le meilleur se situe au Golfe du Morbihan.

Réservez votre logement Sportihome pour découvrir le Morbihan en roulant :


Ces autres articles pourraient également vous intéresser :

Rando VTT Bretagne : découvrez les meilleurs circuits
Top 5 des meilleurs spots de VTT par Alicia Henry, pro VTT
Rando VTT PACA : les meilleurs sentiers
Top 5 des randos VTT à faire dans les Pyrénées
Les meilleurs itinéraires VTT en Provence

Louis D. pour Sportihome