Acheter un vélo devient aujourd’hui de plus en plus compliqué tant il existe de références, de modèles différents pour tous les usages. Entre le vélo de route, VTC, VTT, gravel et j’en passe on ne sait plus où donner de la tête.
De plus il existe tellement de prix différents on ne sait pas trop s’y retrouver et on peut vite se perdre.
Pour un VTT, entre les roues, le cadre, la transmission, les suspensions, les freins qui changent d’un modèle à l’autre cela peut devenir un vrai casse-tête si on n’est pas conseillé par un professionnel.
Sportihome s’est penché sur le problème de quel VTT choisir pour débuter et vous aide pour trouver votre monture idéale.

Comment faire mon choisir mon VTT ?

Quel VTT est fait pour ma pratique ?

quel VTT pour ma pratique

Choisir son VTT, c’est d’abord identifier ses besoins. Comme son nom l’indique le Vélo Tout Terrain est fait pour rouler aussi bien en ville sur du macadam que sur des chemins de terre, en cailloux avec du dénivelé ou en descente. Que ça soit sur sol humide ou poussiéreux mais aussi sur du hors piste ou dans les endroits un peu plus reculés il fait également le travail.
Même si on pourrait croire que le VTT est un vélo à tout faire, il en existe différents types selon l’utilisation que vous allez en faire. Le VTT possède ses propres dérivés et il est donc important avant d’acheter son deux roues de savoir ce que l’on veut faire avec.

Tout d’abord il y a le VTT randonnée ou trail, c’est la partie plus loisir et relax. Il s’agit de se balader, de s’aérer tranquillement et d’explorer de nouveaux pistes en décontraction, seul ou à plusieurs.
Le Cross-country ou XC a un côté un peu plus compétition que le précédent. Les maîtres mots sont vitesse et performance. Il se pratique aussi bien en montée qu’en descente sur des terrains accidentés.

Ensuite on a le All Mountain, il s’agit de la catégorie la plus polyvalente. Il permet de s’aventurer sur des pentes plus raides qu’en XC. Il permet aussi de prendre du plaisir et de profiter des parcours accidentés, aussi bien les montées que les descentes à la montagne par exemple.

Après il y a l’enduro, il s’effectue sur un parcours globalement descendant. Elle rassemble le cross-country et la descente. L’enduro permet aussi de faire de la montée mais on va dire essentiellement qu’il descend mieux qu’il ne monte.

La dernière discipline c’est la descente ou encore DH pour « Downhill », là c’est 100% descente à grande vitesse sur des portions très techniques, réservés pour les cyclistes chevronnés. Il se pratique principalement pour descendre la montagne.

Il existe aussi des VTT spécialement conçus pour les femmes qui seront adaptés à l’anatomie féminine.
Vous avez aussi la possibilité d’opter pour un VTT électrique qui vous sera d’une grande aide lorsque vous souhaiter prolonger la durée de votre effort sans trop vous fatiguer.

Les caractéristiques pour bien choisir mon VTT

les caractéristiques de mon VTT

Le cadre : acier, aluminium, carbone ou titane ?

Il existe quatre types de matériaux différents pour le cadre de votre VTT. Choisissez le bien car en fonction de votre utilisation l’un ou l’autre n’aura pas la même efficacité. Chacun à ses avantages et ses inconvénients que l’on va vous énumérer ici.

  • Acier : le cadre en acier à l’avantage d’être assez peu cher et d’avoir une robustesse vraiment très importante qui conviendra à tous les cyclistes. Néanmoins son poids assez lourd sera à déconseillé lorsque la route s’élève.
  • Aluminium : l’aluminium est aujourd’hui la matière que l’on retrouve aujourd’hui le plus sur les VTT. Beaucoup d’évolution ont été faites pour permettre notamment au cadre d’être moins épais mais tout aussi résistant que l’acier. C’est un bon compromis entre légèreté et résistance. Malgré tout, son prix sera plus élevé que pour un cadre en acier.
  • Le carbone : si vous cherchez avant tout la performance, ce type de cadre est fait pour vous. Le carbone est la matière phare pour un VTT si vous avez l’âme d’un compétiteur. Son poids beaucoup plus léger que tout les autres sera un atout pour progresser sur les chemins escarpés. Malheureusement l’un de ses points faibles est son prix qui est assez élevé mais aussi il sera plus fragile en cas de chocs.
  • Le titane : Aujourd’hui, il est rare de trouver des cadres en titane mais il en existe quand même. Il s’agit vraiment du top en matière de poids et rendement. Son prix se fera également très onéreux car on se trouve vraiment sur un matériau haut de gamme.

Les suspensions : semi-rigide ou tout-suspendu ?

quelle suspension pour mon VTT

Au moment de choisir son VTT, il faudra également réfléchir au type de suspension pour laquelle on veut opter.
Tout d’abord on a le VTT semi-rigide ou « hardtrail ». Il ne possède qu’une seule suspension à l’avant au niveau de la fourche. Votre vélo sera plus léger car il n’a qu’une seule suspension, il sera aussi plus maniable et plus efficace au niveau du pédalage. De plus il demandera moins d’entretien et vous coûtera moins cher. Il s’utilise souvent dans les plaines, collines, chemins et sentiers plus ou moins roulants. Le petit point négatif de ce type de suspension sera qu’à l’arrière les chocs ne seront absorbés que par les roues, prévoyez donc au bon cuissard surtout lors de sorties un peu mouvementées.

Ensuite on a le VTT tout-suspendu ou « fully ». Comme son nom l’indique il possède deux suspensions. Une au niveau de la fourche et une seconde à l’arrière au niveau du cadre. Il sera plus adapté à la pratique sur terrain accidentés et permettra une meilleure absorption des chocs autant à l’avant qu’à l’arrière, pour un meilleur confort. Il est aussi plus lourd que le semi-rigide, il sera donc plus difficile à manier. Son coût sera aussi plus onéreux.

Les freins : patins ou disques ?

freins à disques ou à patins

Le freinage sur votre monture aura également toute son importance. Il vous faudra choisir entre les freins à patins de type V-Brake ou à disques.
Le premier cité se compose de patins qui frotte sur la jante. Ils sont assez légers et puissants par temps sec. Malgré tout quand vous roulerez sur des terrains humides ou sous la pluie, ils seront nettement moins efficaces. Ce type de frein est amené à disparaître petit à petit au profit des freins à disques qui sont plus efficaces même sur terrain boueux.

Il existe deux types de freins à disques, les mécaniques et hydrauliques. Il s’agit ici d’un disque positionné sur la roue et à l’aide d’une mâchoire qui va venir bloquer le disque.
La principale différence entre les deux est que sur le frein mécanique c’est un câble qui actionne la mâchoire alors que l’hydraulique c’est de l’huile qui agit sur le disque.
Le système à frein hydraulique sera plus performant que le mécanique mais il demandera un entretien plus important.

Le débattement

Ce nom ne vous dit peut-être rien mais c’est assez important sur un VTT. Il s’agit du mouvement verticale de la suspension qui correspond à sa flexibilité à absorber les chocs.
Pour un modèle randonnée cross-country le débattement se situera entre 100 à 120 mm. Alors que sur un modèle taillé All-Mountain, il sera compris entre 130 à 150mm.
Quant à l’enduro le débattement ira parfois jusqu’à 180mm. Alors que les modèles de descente sont dotés de fourche pouvant aller jusqu’à 230 mm afin de mieux absorber les chocs à haute vitesse.

Les roues : 26″, 27,5″ ou 29″ ?

taille de roues

Si nous avions fait cet article il y a quelques années, nous vous aurions dit que tous les modèles ou presque étaient montés en 26″. Mais aujourd’hui ce n’est plus le cas.
Le 27,5″ est un modèle à mi-chemin entre le 26″ et le 29″. Très polyvalent, il allie à la fois l’agilité du 26″ et la capacité de franchissement des obstacles du 29″.
Il existe aujourd’hui le 27,5″+ qui permet de monter des pneus plus larges (jusqu’à 3″).
Pour finir il existe depuis peu de temps un nouveau modèle de roue, le 29″. Sur terrain vallonné, elle apportera de la puissance et vous aidera à passer les obstacles plus facilement.

La transmission

Un VTT classique possèdera entre 9 à 12 vitesses à l’arrière. Avant le triple plateau était fortement utilisé mais aujourd’hui le double plateau voire le triple se démocratise de plus en plus. Il s’agit d’une question de simplicité afin de seulement passer les vitesses à l’arrière et pas les plateaux à l’avant.
Pour la cassette vous trouverez vraiment de tout. Pour un VTT à 10 vitesses ça sera plutôt du 11-34 ou 11-36 dents, pour un vélo 11 vitesses ça sera plus du 11-42 ou 10-42. Alors que pour 12 vitesses la plupart des cassettes se composera d’un 10-50 ou 9-50 dents.

Quel équipement pour faire du VTT ?

choisir son équipement VTT

Choisir son VTT c’est aussi choisir son équipement pour partir en excursion.
Outre le casque qui vous protègera en cas de chutes, optez pour un maillot confortable qui vous laisse respirer ainsi qu’un cuissard avec un peau de chamois pour plus de confort. Les lunettes et les gants seront également un bon outil pour une meilleure session.
Si vous possédez des pédales automatiques de type SPD, il vous faudra des chaussures prévues à cet effet. Cela vous permettra d’avoir une meilleure accroche et de pouvoir mieux appuyer sur les pédales sans glisser.

Où faire du VTT en France ?

Notre pays est doté d’énormément de lieux propices à la pratique du VTT. De nombreux massifs vous permettront de tester votre monture lorsque la route s’élève que ça soit sur des chemins ou sur la route. Les Écrins, la Vanoise, le Queyras, les Cévennes, le Luberon ou encore les Pyrénées Orientales vous avez l’embarras du choix.

Retrouvez les logements Sportihome pour vos séjour sportif dans le Parc national du Queyras :


Ces autres articles pourraient également vous intéresser :

Gravel : un vélo taillé pour l’aventure
Vélo électrique trekking : l’allié de la rando à vélo
Run and bike : quand le choix n’est plus à faire
Rando VTT PACA : les meilleurs sentiers
Top 5 des meilleurs spots de VTT par Alicia Henry, pro VTT

Louis D. pour Sportihome