-Pro Snowboarder-

Fiche technique – Victor De Le Rue

Date de l’interview : le 28 juin 2016
Débarquement sur terre : le 8 juin 1989 à Bayonne
Début de pratique : à 6 ans
Discipline favorite : snowboard freeride, backcountry (gros kicker dans la poudre !)
Premier 720 : vers 11/12 ans sur le parc à Saint-Lary
Ton prochain move : des gros back flip one foot dans une face en Alaska
Un/une rideur qui t’inspire : y en a plein qui me font rêver !
Meilleur trip : en Alaska cette année pour le dernier film de Travis Rice : The Fourth Phase
Meilleur souvenir de compétition : je ne fais pas trop de compet, mon truc c’est la vidéo
Trip de tes rêves : en Alaska pendant 2mois d’hélico
Sponsors : NorthFace, Nitro, Vans, Bluetomato, Shred

Interview

Sportihome Mag: « Salut Victor ! Que fais-tu et sur quel spot de la planète bleue es-tu en ce moment ? »
Là je profite de la vie ! J’habite à Capbreton l’été, du coup je bosse un peu sur ma maison que je louerai par la suite. Et je fais du surf et du skate par ici, aussi un peu d’escalade et du parapente dans les Pyrénées.

Sportihome Mag: « Quels souvenirs gardes-tu de ta première session ? »
Une de mes première sessions backcountry, on est allé shaper un petit kicker dans la poudre et j’ai fait mon premier backflip ! J’en ai un super souvenir, je m’étais vraiment sorti les doigts pour balancer un backflip alors que maintenant c’est vraiment quelque chose de facile.

Sportihome Mag: « Quel a été ton premier trip snowboard ? »
La première fois que je suis parti c’est dans les Alpes (je suis Pyrénéens à la base). Comme tu sais, j’ai 3 grands frères et 1 grande sœur et, la veille du départ, ils ont tous commencé à me mettre la pression comme quoi il ne fallait pas sortir des pistes, qu’il y avait des crevasses etc. J’avais moins de 10 ans, ils ont commencé à me détailler plein d’histoires et s’amuser à me faire peur, du coup j’ai fini en pleurant et je ne voulais plus aller aux 2 Alpes. Mais j’y suis allé et c’est « chanmé », depuis j’y retourne chaque année.

Sportihome Mag: « Comment organises-tu tes déplacements, seul ou en groupe et comment gères-tu le logement ? »
En général on se déplace en groupe : un filmeur, un photographe et 3 riders. Pour le logement, soit on cherche sur internet, soit on va sur place et on checke chez les guest house où tu peux louer des chambres, comme en Autriche par exemple.

Sportihome Mag: « sportihome.com propose aux riders de toute la planète de partager leur passion et leurs logements à proximité des spots, penses-tu que cela puisse agrandir notre communauté et susciter le goût du voyage ? »
Oui si les gens sont au courant que ça existe, en gros c’est comme faire du Airbnb mais avec des gens où tu te sens plus à l’aise chez eux, des gens qui partagent les mêmes centres d’intérêt. C’est une super idée. Du coup ça pourrait motiver les riders à voyager plus.

Sportihome Mag: « selon toi quels sont les avantages de ce type de plateforme ? »
Le 1er point, c’est d’être chez des gens qui ont le même centre d’intérêt, donc des gens avec qui tu as de quoi parler, c’est plus agréable. En plus tu rencontres des gens qui pourraient être tes potes. Et en dehors de ça c’est cool, quand tu vas rider dans un nouvel endroit, des fois ça prend plus d’une journée voir 2 jours pour visiter toute la station et trouver l’endroit qui va bien, alors que la personne qui t’héberge peut te dire directement où aller, c’est efficace . Il y aura encore plus un vrai échange avec l’hôte.

Sportihome Mag: « tu serais prêt à héberger des riders dans ta maison à Capbreton chez toi et leur faire découvrir ton spot de surf ? »
Oui carrément, j’ai 3 maisons que j’ai acheté l’année d’avant sur un terrain, pour le moment je les loue à l’année, mais peut être qu’un jour je les louerai à la semaine.

Si vous aussi, vous êtes snowboarder, voici quelques spots qui pourraient vous plaire :

> L’instagram de Victor De Le Rue

Ceci devrait vous intéresser :