Temps de lecture : 5 minutes (pour faire le plein de sport et tourisme 🤙)

Dans le monde du trail, il y a deux catégories : du court et de l’ultra trail. L’ultra trail est une discipline ultra exigeante. Quand on parle « ultra trail » de quoi parle-t-on vraiment ? Il s’agit en fait d’une épreuve de course à pied en milieu naturel sur une distance supérieure à 20 kilomètres. Le plus souvent, ce sont des épreuves à fort dénivelé. Si la discipline en elle-même exige une condition physique et mentale hors du commun, tous les ultras trails ne se valent pas. Il existe ainsi certaines courses réputées comme inhumaines.

Si vous souhaitez vous mettre à l’ultra trail, cet article est fait pour vous. Si vous souhaitez juste vous documenter, Sportihome Magazine répond à toutes vos questions.

coureur ultra trail

Les pré-requis pour débuter l’ultra trail.

Il faut se rendre à l’évidence, courir 80 kilomètres ou plus en montagne n’est pas donné à tout le monde. Idéalement, il faut remplir quelques conditions préalables. Premier domaine à prendre en compte : la santé. Pour pouvoir courir de telles distances, vous devrez d’abord passer une visite médicale. En effet, il s’agit d’une sécurité. Mieux vaut ne pas se rendre compte d’un problème cardiaque au beau milieu d’une ascension. Il vous faudra également une bonne capacité pulmonaire. En parallèle, assurez-vous que vous ne souffrez ni de vertige ni du mal des montagnes.

En dehors de l’aspect médical, il faut déjà avoir de solides conditions physiques. Dans l’idéal, il faut monter progressivement en distance et en difficulté. On ne court pas avant de savoir marcher, on ne court pas 80 kilomètres ou plus en montagne avant de courir 10 kilomètres. Un exemple de paliers pourrait être : un 10 km, un semi-marathon (21 km), un marathon (42,195 km), un trail de 60 km et enfin, un ultra trail. Concernant l’aspect psychologique, il vous faudra une réelle motivation et un mental inébranlable.

chemin de trail

Les caractéristiques à prendre en compte.

La distance de l’ultra trail.

De but en blanc, on pourrait croire que passé les 80 kilomètres, on n’est plus à 10 ou près. C’est faux. Quelques kilomètres peuvent tout changer. Parfois, une dizaine de kilomètres ou moins peuvent faire la différence entre ce que vous êtes capable de faire et ce que vous ne pouvez pas faire. Parfois, l’effort supplémentaire correspond à la frontière de la blessure. Choisissez une distance en adéquation avec vos capacités. Le deuxième point à mettre en relation avec la distance est le dénivelé.

Le dénivelé de l’ultra trail.

Le dénivelé peut changer beaucoup de choses. En effet, un fort dénivelé rend la distance plus complexe. Un détail qui n’en est pas un, différenciez bien le dénivelé positif et négatif et prenez en compte les deux. Une épreuve avec un +6000m, n’exigera pas le même effort qu’une épreuve -6000m ou encore qu’une épreuve +3000m/-3000m.

Le profil de l’ultra trail.

Il faut aussi prendre en compte le profil de l’ultra trail. Est-ce qu’il y a une grosse phase d’ascension (ou de descente) ? Y a-t-il plutôt une succession de montées et de descentes ? Est-ce que le dénivelé est brutal ou est-ce plutôt un faux plat ? Autant de données à prendre en compte pour pouvoir faire son choix et/ou adapter sa distance.

Le climat et le contexte météorologique de l’ultra trail.

Autre point important, dans quel contexte allez-vous devoir courir ? Il est évident, que cela influera sur la difficulté. En effet, courir sous une chaleur écrasante vous fera vous déshydrater plus vite. Tandis qu’un climat glacial augmentera le risque de blessure mais aussi le risque d’hypothermie. La neige est également un facteur de difficulté. Il faut aussi prendre en compte d’autres facteurs comme le risque de pluie ou le vent. Tous ces facteurs environnementaux modifient profondément votre approche de la course.

Les changements de conditions.

Sur certaines épreuves, vous risquez d’affronter de manière successive différents climats, différentes températures, etc. Par exemple avec l’altitude, il fait souvent plus froid. Si vous montez et descendez beaucoup, vous risquez de prendre des chocs de température. C’est assez difficile à gérer et ça rend la course plus difficile.

sentier trail

Comment choisir son premier ultra trail ?

Compte tenu de l’ensemble des points abordés précédemment, il faut faire simple pour une première expérience. Privilégiez une distance pas trop élevée, un dénivelé modéré, un profil qui alterne ascensions et descentes et un climat tempéré avec de faibles risques de changement. Ce genre de course avec un contexte simple vous permettra de vous concentrer sur votre effort. Par ailleurs, pour une première, privilégiez une course organisée avec commissaires de courses, points de ravitaillement et équipe médicale. Pour une première expérience, mieux vaut évoluer dans un cadre sécuritaire.

Trouvez votre location de vacances chez un passionné de trail avec Sportihome !

ecotrail Paris

Un ultra trail « facile » pour débuter.

Premièrement, il n’y a rien de facile et tout est subjectif. Disons plutôt qu’il y a un ultra trail que l’on considère comme plus accessible : l’écotrail de Paris.

tracé ecotrail Paris

@tracedetrail

Il est considéré comme accessible, car il offre à la fois une faible altitude, mais aussi un faible dénivelé et un bon encadrement. Seul bémol, le mauvais temps peut faire son entrée durant la course.

trail ultra marin Morbihan

Autre choix possible : la version 90 km de l’ultra-marin.

L’organisme bien connu qu’est l’ITRA le classe comme l’ultra trail le plus accessible de France. Il possède un faible dénivelé et une faible altitude. En conséquence, il ne présente pas de difficulté majeure autre que la distance.

coureur ultra trail désert

Les sacrifices et les conséquences de l’ultra trail.

Les sacrifices à faire pour cette discipline.

On entend souvent que c’est exigeant mais merveilleux ou encore que tout le monde peut le faire. Il s’agirait de tempérer le propos. Il vous faudra faire des sacrifices pour réussir. Déjà pour vous préparer, il vous faudra environ 5 ans même si certains le font en moins. Il vous faudra également dormir beaucoup, soigner votre alimentation, subir un suivi médical, etc. En bref, c’est usant et votre entraînement prendra le pas sur une bonne part de votre vie sociale.

Sur le plan financier, c’est également un sacré investissement. Si vous courez autant, vous allez consommer du matériel. Vous risquez ainsi de changer vos chaussures plusieurs fois par an. Le suivi médical (notamment les prises de sang) ne sera pas toujours remboursé ou prit en charge par la sécurité sociale. L’alimentation et les compléments deviendront un poste de dépense conséquent. Sans oublier les inscriptions aux courses qui pourront vite représenter un budget. Ajoutez à ça les déplacements et le logement à chaque fois et vous comprendrez que l’ultra trail, ça coûte cher.

Les conséquences de la pratique.

Il y aura plusieurs conséquences. La première est sur le plan social, la pratique soutenue sera la cause d’une fatigue soutenue et vous sortirez forcément beaucoup moins. En bref, la résultante est l’éloignement social. Cependant, vous pouvez très bien vous faire des amis dans votre pratique. Par contre vous serez moins disponibles pour votre famille et vos amis. C’est d’autant plus embêtant que vous aurez besoin de soutien pour réussir.

La seconde conséquence est sur le plan physique. La première chose sera un risque élevé de fatigue chronique. Ensuite, vous risquez d’entamer sévèrement votre capital articulaire. Chaque foulée est un micro traumatisme pour le corps, cumulé sur plusieurs milliers de kilomètres par an, les dégâts sont importants. À terme, on ne connaît pas bien les conséquences sur le corps mais il semble évident que vous risquez quelques soucis à plus ou moins long terme. En parallèle, il faut gérer les carences alimentaires et les effets de l’acide lactique sur le corps. En fonction de votre alimentation, vous risquez notamment un passage compliqué aux toilettes.

course ultra trail

Allez-y progressivement en ultra trail !

On l’a dit au début de l’article, tous les ultras trails ne se valent pas. Il existe des courses de légendes comme la Barkley dont le niveau est inhumain. Pour info, seules 15 personnes sont venues à bout de la Barkley depuis 1986. Imaginez alors la difficulté. Cependant, rien ne vous oblige à aller chercher un tel niveau de défi. Prenez votre temps et progressez par paliers. En effet, le trail de longue distance est une discipline que vous pourrez pratiquer durant de nombreuses années en continuant à vous améliorer. En conséquence, trouvez toujours des défis cohérents par rapport à votre niveau. Quoi qu’il en soit, Sportihome Magazine vous souhaite une bonne course !

Zoltàn Mayer


D’autres articles qui pourraient vous plaire :

Top 5 des itinéraires de Trail en Corse
Comment réussir son premier trail ?
Débuter en trail : les 10 bonnes raisons de se mettre au Trail
Interview de Caroline Chaverot, star de l’Ultra-Trail
Trail Ile-de-France : les 5 meilleurs trails