Temps de lecture : 4 minutes

Le foil se présente comme l’avancée majeure de ces dernières années dans le monde des sports nautiques. Toutes les disciplines s’y sont mises et la planche à voile ne fait pas exception à la règle avec le windsurf. Attention à ne pas confondre avec le wingsurf. Pratique dans laquelle la voile n’est pas fixée à la planche mais tenue à bout de bras par le pratiquant. Tour d’horizon des choses à connaître pour débuter en windfoil.

Windfoil : le défricheur de nouvelles opportunités de navigation

Le windfoil, est le prolongement de la discipline qu’est la planche à voile par l’ajout d’un appendice sous la planche, le foil. Le tout crée un ensemble dit hydroptère, c’est-à-dire, qui n’est plus en contact direct avec le plan d’eau et qui s’élève du fait du phénomène de portance apporté par le foil. Outre des considérations purement techniques, le windfoil offre une glisse plus douce et apaisée que son cousin windsurf, en s’affranchissant du clapot du plan d’eau. Il permet également de faire une session même avec très peu de vent et dans un silence de cathédrale, le tout avec la sensation de voler sur un nuage.

Quelques conseils pour se lancer en windfoil

débuter-en-windfoil

Il est conseillé d’être relativement à l’aise en windsurf avant de se lancer en windfoil. Cependant, même avec un très bon niveau et une bonne maîtrise du planning, vous allez au-devant de quelques gamelles avant de bien réussir à prendre en main le concept du foil. Le foil va modifier votre perception de la navigation et l’utilisation de vos appuis.

Une fois votre foil fixé à votre planche, lancez vous comme en planche à voile classique avec un vent de travers. Faites attention à la profondeur de votre plan d’eau histoire de ne pas écorcher votre matériel. Pour vous faciliter la chose, partez légèrement au largue. Insérez votre pied avant dans le strap prévu à cet effet, tendez la jambe et bordez votre voile. Une fois que vous avez pris un peu de vitesse, reculez votre pied arrière et placez-le sur le pad. Restez droit sans vous pencher en arrière et essayez de ressentir le fonctionnement du foil sous votre pied arrière. En prenant de la vitesse vous allez sentir votre planche décoller. C’est votre appui arrière qui va vous permettre de gérer l’effet du foil. Alternez appuis jambe tendue et fléchissements pour jouer avec l’effet de portance. Plus vous appuyez sur votre jambe arrière plus vous allez vous élever. Une fois ce schéma de montée/descente acquis, essayez de vous stabiliser en l’air. Pour cela il vous faudra, après avoir pris de la hauteur, transporter très légèrement votre poids vers l’avant. C’est bon, vous volez et vous vous ouvrez à de nouvelles perspectives de navigation.

Un nouveau champs des possibles à explorer

Une fois votre take-off réalisé et le phénomène de portance appréhendé, le foil offre un nouveau champ des possibles. La pratique du windfoil permet une navigation s’affranchissant en partie des conditions de vent propre au windsurf classique. Vous pourrez donc tout à fait réaliser une session dans une plage de vent comprise entre 8 et 15 nœuds, idéale pour débuter, avec une simple voile de 7 mètres carrés, votre gréement et votre flotteur habituel, et atteindre jusqu’à 20 nœuds de vitesse. Il est conseillé de choisir une voile de 2 mètres carrés de moins que si vous alliez réaliser une session en windsurf.

Il vous sera donc possible d’explorer de nouveaux spots, souvent délaissés du fait de leur faible exposition au vent. En plus de cela, le foil offre de nouvelles perspectives de navigation en matière d’angles et de trajectoire. Il permet d’aller chercher une remontée au près avec une angle plus serré qu’en windsurf. Pour cela, gardez une position bien droite, la voile bordée, le regard et les épaules en direction du vent, le tout légèrement en appui sur les talons. Dans le cadre du windfoil, choisissez des bouts de harnais plus courts qu’en windsurf afin de garder une position plus droite qui vous permettra de conserver le contrôle sur l’assiette du flotteur en l’air par des pressions sur la jambe arrière.

La technique pour réaliser un virement de bord est sensiblement la même qu’en planche à voile. Gardez une vitesse modérée, décrochez vous du harnais, appuyez sur vos talons pour faire remonter votre planche au vent, relâchez afin que votre windfoil reprenne contact avec le plan d’eau puis effectuez votre changement d’armure. La seule différence majeure tient dans la pression des appuis qui doit être plus légère qu’en windsurf. Si cette dernière est trop importante, votre planche va continuer à s’élever jusqu’à que votre foil décroche et la c’est la chute assurée. Tout est une question de dosage.

Quel matériel pour débuter en windfoil ?

planche de foil

Avant d’aborder la question du matériel, il est important de rappeler que comme la planche à voile, le windfoil est une discipline qui implique des chutes. Elles se font d’ailleurs de plus haut qu’en windsurf classique. Munissez-vous au moins d’un casque et d’un gilet rembourré, voire de bottillons afin de prévenir tout contact avec le foil. En cas de chute, essayez de ne pas vous désolidariser du wishbone. Cela réduira vos risques de venir heurter votre matériel, notamment votre hydrofoil relativement solide et acéré.

Il est conseillé aux débutants de se lancer d’abord sur un mât court, souvent autour de 75 centimètres. L’hydrofoil Flow 1250 de la marque Fanatic semble être le matériel incontournable à destination de ceux désireux de débuter en windfoil. Il présente deux types d’ailes, la 1250 et la 900. La première est conçue spécialement pour les débutants souhaitant effectuer leurs premiers décollages et se familiariser avec les sensations inhérentes à l’hydrofoil, le tout dans un vent léger. L’atout majeur de ce matériel est sa modulabilité. Une fois la première aile maîtrisée, le pratiquant a la possibilité de basculer sur la seconde, en quelques minutes, sans même avoir à changer de foil afin de continuer à persévérer dans sa pratique du windfoil. Cette dernière vous apportera un peu moins de portance que la 1250 mais vous gagnerez en maniabilité.

Quant à la planche, privilégiez un flotteur court mais surtout le plus large possible à l’arrière. Il vous apportera de la stabilité à l’envol. Équipez le ( si ce n’est pas déjà le cas ) d’un boîtier de type deep tuttle sur lequel vous viendrez fixer votre foil.

Une fois équipé des pieds à la tête et votre matériel de ride ready, il n’y a plus qu’à se lancer !

Où débuter en windfoil ?

Les spots de windfoil en France sont nombreux et sont situés aussi bien en Méditerranée que sur la côte Atlantique. Cependant, l’équipe Sportihome vous conseille tout particulièrement la destination de Gruissan, mythique spot du Defi Wind.
Pour passer un excellent séjour windfoil à Gruissan, foncez réserver votre location Sportihome :

Par Antoine Jézéquel pour Sportihome


Ces articles pourraient vous plaire :

À la découverte du kitefoil : le kitesurf avec un foil
Comment fonctionne un foil de surf ?
Tout savoir sur le efoil
Progresser en wingfoil